Publicité

Qu'est-ce qui se cache derrière la dernière vague de licenciements de travailleurs du secteur technologique ?

Qu'est-ce qui se cache derrière la dernière vague de licenciements de travailleurs du secteur technologique ?

De Google à eBay, les entreprises technologiques ont annoncé, ce mois-ci, de nouvelles vagues de licenciements, après le licenciement de plus de 260 000 travailleurs, l'année dernière, dans l'ensemble du secteur.

Dans certains cas, les messages des employés concernant les licenciements sont devenus viraux, avec des vidéos de réaction allant du choc à l'indignation résignée.

Le syndicat des travailleurs de Google a décrit les employés comme "indignés et plus frustrés que jamais", car l'entreprise a donné la priorité à l'"efficacité" plutôt qu'aux personnes responsables de son succès.

Qu'est-ce qui se cache derrière ces réductions d'emploi ?

Quelles sont les entreprises qui licencient ?

La semaine dernière, un porte-parole a confié, à Euronews Next, que le géant de la technologie "investissait de manière responsable dans les plus grandes priorités de notre entreprise et dans les opportunités significatives qui s'offrent à nous".

L'année dernière, Google a annoncé la suppression de 12 000 emplois en janvier, les réductions se poursuivant jusqu'à la fin de l'année 2023.

Cette année, "certaines équipes continuent de procéder à ce type de changements organisationnels, qui incluent des suppressions de postes à l'échelle mondiale", a affirmé un porte-parole, mais le nombre de suppressions n'est pas encore connu.

Le site web technologique américain "The Verge" a rapporté que le PDG de Google, Sundar Pichai, avait prévenu dans un mémo la semaine dernière qu'il fallait s'attendre à d'autres réductions.

La plateforme en ligne, eBay, a annoncé, cette semaine, que 1 000 postes, soit environ 9 % des employés à temps plein, seraient supprimés.

"En outre, nous prévoyons de réduire le nombre de contrats que nous avons au sein de notre main-d'œuvre suppléante au cours des prochains mois", écrit le PDG Jamie Iannone.

De son côté, Discord, la plateforme de messagerie instantanée, a confirmé avoir licencié 17 % de ses employés, soit 170 personnes.

TikTok licencie également quelques dizaines de travailleurs aux États-Unis, en Asie et en Europe, mais ouvre également 150 nouveaux postes, confirme l'entreprise à Euronews Next, tandis que le service de diffusion en direct de jeux vidéo, Twitch, propriété d'Amazon, a annoncé 500 suppressions d'emplois plus tôt dans le mois.

D'autres services appartenant à Amazon ont également annoncé des licenciements.

Pourquoi l'industrie technologique licencie-t-elle davantage de travailleurs ?

Peter Cappelli, professeur de gestion à la Wharton School de l'université de Pennsylvanie aux États-Unis, explique, à Euronews Next, que les récents licenciements dans les grandes entreprises technologiques ne semblent pas liés à l'économie.

"Je ne pense pas que cela ait grand-chose à voir avec la demande des entreprises, mais plutôt avec les plaintes des investisseurs qui estiment que ces entreprises sont en sureffectif", précise-t-il dans un courriel.

"Si elles étaient effectivement en sureffectif, le gel des embauches pourrait réduire le nombre d'employés", ajoute-t-il, de sorte qu'elles "licencient pour plaire à la communauté des investisseurs qui veulent voir des économies rapides".

John Van Reenen, professeur et économiste à la "London School of Economics", constate que le secteur "a connu une année difficile l'année dernière, principalement en raison des embauches excessives pendant/après la pandémie".

"La demande en technologies de l'information a connu un essor considérable en raison du travail à distance, des achats en ligne, etc. Cette situation s'est en partie inversée après la pandémie, dans des proportions plus importantes que les entreprises ne l'avaient imaginé", souligne-t-il.

Selon layoffs.fyi, une start-up qui suit les annonces de licenciements des entreprises technologiques, plus de 260 000 employés ont été licenciés dans le secteur l'année dernière.

Comment l'année 2024 pourrait-elle se comparer à l'année dernière dans le secteur ?

John Van Reenen ne s'attend pas à ce que les suppressions d'emplois soient aussi importantes cette année dans les grandes entreprises technologiques.

"Les grandes entreprises technologiques ont des valorisations très élevées, ce qui indique que les marchés entrevoient de fortes perspectives de croissance", ajoute-t-il.

D'une manière générale, le taux de rotation élevé dans le secteur montre également que "le marché reste solide et que les perspectives à long terme restent bonnes".

Selon layoffs.fyi, plus de 13 000 licenciements ont eu lieu ce mois-ci dans le secteur technologique, mais ce chiffre est bien inférieur aux quelque 90 000 suppressions d'emplois annoncées en janvier de l'année dernière.

Peter Cappelli, de la "Wharton School", affirme que l'industrie technologique a tendance à s'abstenir de former ses travailleurs, préférant embaucher à l'extérieur.

"Mais ce n'est pas comme si tout ce qu'ils font aujourd'hui était soudainement devenu obsolète et qu'ils devaient abandonner des compétences", précise-t-il.

Payer des gens pour qu'ils partent, tout en sachant qu'il faudra bientôt embaucher, "n'a pas beaucoup de sens économique ou commercial", mais sert plutôt à "stimuler les paramètres immédiats que les analystes de l'industrie regardent en ce moment", ajoute Peter Cappelli.

Les licenciements ont toutefois contribué au "chaos sur le lieu de travail", selon Stephen McMurtry, président des communications du syndicat des travailleurs d'"Alphabet", qui représente les employés de Google basés aux États-Unis.

"Pour la première fois dans l'histoire de l'entreprise, nous constatons que les licenciements font partie du quotidien de Google. Nous avons perdu près de 15 000 collègues en raison de licenciements continus au cours de l'année écoulée, et la seule façon d'y mettre fin est de nous organiser contre cette pratique", déclare-t-il, dans un communiqué publié sur la plateforme de médias sociaux X, la semaine dernière.

"La vérité est que ces licenciements provoquent le chaos sur notre lieu de travail, nous laissant avec une charge de travail accrue et une anxiété généralisée quant à l'équipe qui sera la prochaine à disparaître du jour au lendemain".