Publicité

Quelle époque - "Prépare un peu le dossier quoi", "Les bobos parisiens qui découvrent la vraie vie", "C'est mignon" : les internautes ironisent sur l'ignorance du plateau sur le sujet du handicap

Dans Quelle époque ce samedi 10 février 2024 sur France 2, Léa Salamé recevait Douchka Volaric, une tiktokeuse humoristique qui brise les tabous sur le nanisme. Lors de son interview, cette dernière a dénoncé les contraintes administratives qui pèsent sur les personnes handicapées. Une information ignorée par l'ensemble du plateau, ce qui fait réagir les internautes sur X.

Capture écran France 2 direct/Quelle époque
La Tiktokeuse Taille basse parle du nanisme dans l'émission
Capture écran France 2 direct/Quelle époque La Tiktokeuse Taille basse parle du nanisme dans l'émission

Après avoir joué les maîtresses de cérémonie pour les Victoires de la Musique vendredi soir, Léa Salamé était de retour sur France 2 ce samedi 10 février 2024 vers 22h45. Avec Christophe Dechavanne, elle animait une nouvelle édition de Quelle Époque, son talk show politique et culturel. Parmi les invités du soir figurait Laurent Lafitte qui a interprété Bernard Tapie dans la série Netflix de Tristan Séguéla, et qui joue Cyrano de Bergerac actuellement au théâtre. Côté planches également, Jean-Luc Reichman et Isabelle Mergault sont venus parler de la pièce Le Bracelet, bientôt à l'affiche au théâtre des Nouveautés. Et Alexandre Kominek, a évoqué son one-man-show Bâtard sensible actuellement à L'Européen.

Plus méconnue, une certaine Douchka Volaric était elle aussi présente sur le plateau de l'émission. Sur Tiktok où elle se fait appeler "Taille basse", la jeune femme poste depuis quelques années des vidéos humoristiques sur le nanisme dont elle est atteinte. Elle y est suivie par plus d'un million de personnes ! Une invitée que Paul de Saint Sernin, le sniper de l'émission assis traditionnellement dans le public, n'a pas hésité à taquiner. "Qu'est ce qui est plus long, le nez de Cyrano ou Taille basse ?", a-t-il lancé tandis que Laurent Lafitte faisait la promotion de sa pièce de théâtre.

Mais lors de l'interview de la jeune femme de 32 ans, les blagues ont rapidement laissé place aux sujets de fond. Car au travers de ses pastilles humoristiques, celle qui est assistante de direction dans la vie, vise surtout à démonter les clichés sur les nains. Douchka a d'abord évoqué les critiques qu'elle a reçues dès la mise en ligne de sa première vidéo. "Je me suis fait défoncer. Il n'y avait pas forcément beaucoup de messages méchants, mais quand il y en avait, c'était corsé" a expliqué celle qui a surtout été inquiète pour sa famille. "Est-ce qu'on peut te louer pour un lancer de nain ?", a-t-elle notamment reçu.

Le plateau découvre les obligations administratives qui incombent aux personnes handicapées

Mais ce que Taille basse préfère mettre en avant, c'est comment les mentalités peuvent changer grâce à des vidéos comme les siennes. "Avant, quand je faisais mes courses, les gens me prenaient en photo à mon insu car ils trouvaient ça drôle de voir une naine grimper dans un rayon. Maintenant (ndlr : quand ils la reconnaissent), ils me proposent leur aide". Si la Tiktokeuse s'est ensuite décrite comme une admiratrice de Mimi Mathy, dont elle possède tous les livres, elle déplore en revanche la présence de nains dans Fort Boyard. Selon elle, il n'est pas souhaitable "d'utiliser des personnes de petite taille qui ne peuvent pas parler " dans une émission. " On va zoomer sur leurs jambes, leur façon de courir... A cause de ce programme, mon surnom, c'est passe-partout. Dans tous les commentaires que j'ai, on m'identifie à cette personne ! ", a-t-elle expliqué. Sur le réseau social X, cette personnalité a beaucoup plu aux internautes, qui ont exprimé leur affection pour elle.

Mais ce qui a le plus fait parler durant son interview est un sujet abordé juste après : Douchka a en effet expliqué être obligée de refaire tous les cinq ans un dossier "super compliqué" afin de prouver qu'elle est toujours en situation de handicap. Une démarche bien connue de toutes les personnes souffrant d'un handicap, afin d'éviter les fraudes, mais qui a beaucoup choqué sur le plateau. " C'est un truc de fou […] C'est surréaliste" a réagi Isabelle Mergault. "La France est un pays de règlements de m**** parfois" a surenchéri Christophe Dechavanne.

"C'est quand même de la folie […] C'est tout simplement incompréhensible", a conclu Léa Salamé. Si les utilisateurs de X ont été d'accord avec eux, certains ont aussi eu l'impression que les personnes sur les plateaux vivaient dans leur petit monde.

Vidéo. Léa Salamé, le jour où elle a blessé un invité en pleine interview