Queen : cocaïne, soirée costumées… Les soirées décadentes d'un Freddie Mercury malheureux

·1 min de lecture

Derrière la gloire, le strass et les paillettes, il y a parfois un mal-être dissimulé. C'était le cas de Freddie Mercury, qui avait beau s'être hissé au plus haut grâce à son groupe de rock, il n'en restait pas moins un artiste malheureux. Dans son numéro de ce jeudi 29 octobre 2020, Paris Match dresse le portrait de ce chanteur talentueux qui avait des zones d'ombre.

Pour rappel, c'est en 1970 que l'auteur compositeur britannique forme avec Brian May, John Deacon et Roger Taylor le groupe Queen. Très vite, ils sont reconnus et accèdent à la célébrité. C'est aussi le début d'un "petit business de la fête", comme l'indiquent nos confrères. Les after-shows se multiplient et font de la concurrence à ceux organisés par une autre star du moment : Elton John. Le maître mot de ces soirées est la "décadence". Les invités profitent du champagne qui coule à flots mais pas seulement, car la cocaïne circule librement. Ce sont d'ailleurs des serveurs qui sont chargés de distribuer la drogue aux convives intéressés. De plus, "les dress codes les plus délirants sont exigés" de la part des participants. De son côté, Freddie Mercury a du mal à gérer ce qui lui arrive, notamment son incroyable succès dans l'industrie du disque, d'autant plus qu'il n'ose pas évoquer publiquement son homosexualité.

Une vie marquée par l'excès puis par la maladie

Il porte le poids de ce tabou sur ses épaules et se lâche lors des festivités nocturnes. Il tombe dans le sexe facile, (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Eddie Redmayne : cette folle rumeur qui a circulé sur lui à la mort de Stephen Hawking
40 ans de Kim Kardashian : Khloé obligée de s'expliquer après la polémique
Scarlett Johansson mariée en secret : elle a dit "oui" à Colin Jost
Jalil Lespert : qui sont ses enfants ?
Jean-Marie Bigard revient sur sa rencontre avec Lola Marois : "J'ai ramé"