QR code, "pass sanitaire"... Que prévoit l'exécutif pour la réouverture des lieux publics?

Agathe Lambret avec Clément Boutin
·2 min de lecture
Fermeture d'un bar à Paris, le 5 octobre 2020 - GEOFFROY VAN DER HASSELT © 2019 AFP
Fermeture d'un bar à Paris, le 5 octobre 2020 - GEOFFROY VAN DER HASSELT © 2019 AFP

Comment l'exécutif compte-t-il rouvrir les nombreux lieux publics actuellement fermés en raison de l'épidémie en France? L'Élysée a confirmé l'organisation, ce mercredi à 17 heures, d'une réunion pour préparer "l'après-Covid", et notamment imaginer les conditions et modalités de réouverture des bars, des restaurants, des salles de concert, des musées ou encore des stades. Elle doit permettre de mettre en commun les idées sur lesquelles les ministres concernés - Culture, Economie, Santé, Sport... - ont travaillé, chacun de leur côté, ces derniers jours.

Des outils de réouverture

Deux pistes doivent notamment être étudiées lors de cette réunion. Tout d'abord, l'utilisation de QR codes, afin de remonter les chaînes de contamination. À l'entrée des lieux publics, les clients pourraient être invités à scanner le QR code associé à l’établissement lors de leur visite. Si un utilisateur ayant déjeuné ou dîné au même endroit au même moment se déclare positif dans les jours qui suivent, une alerte sera alors envoyée aux autres clients.

Les contours d'un "pass sanitaire", le support sur lequel il serait disponible, et les lieux pour lesquels il pourrait être utilisé doivent également être débattus. Ce "pass sanitaire" ne sera pas un "passeport vaccinal", lié à la vaccination donc, a précisé Emmanuel Macron, la semaine dernière, lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion en visioconférence entre les 27 dirigeants de l'Union européenne.

Car, a-t-il argumenté, "si on arrive à rouvrir certains lieux, nous ne saurions conditionner leur accès à une vaccination, alors même que nous n'aurions même pas ouvert la vaccination aux plus jeunes".

"Donner une perspective positive"

Selon une source proche de l'exécutif à l'Agence France-Presse (AFP), le gouvernement devrait aussi étudier les expérimentations de réouverture de certains espaces publics, musées, théâtres et cinémas et festivals, comme celles prévues à Marseille, à Paris ou à Lyon. À Paris, 5000 personnes doivent participer à une expérimentation dans la salle Accor Arena, un concert debout avec un groupe test.

Plus globalement, l'objectif de la réunion, pour l'exécutif, est d'anticiper, alors que les enjeux sont multiples: techniques, politiques et juridiques. "Il ne faut pas qu’on se retrouve comme une poule devant un couteau" prévient, auprès de BFMTV, un conseiller ministériel.

Elle doit également permettre de donner un horizon. "Emmanuel Macron veut donner une perspective positive, après 4 ou 6 semaines difficiles. Dire qu’au mois de mai, on pourra peut-être desserrer l’étau et qu’on s’y prépare dès maintenant" souligne à BFMTV une source au sein de l’exécutif.

"C’est un équilibre entre d’un côté tenir un message de vigilance, de fermeté voire d’alarmisme, et de l’autre un message d’espoir avec l’organisation de l’après", conclut cette source.

Article original publié sur BFMTV.com