Qatar : 6 500 travailleurs étrangers seraient morts pour la Coupe du monde

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Le Khalifa Stadium de Doha en construction, en décembre 2016.

Au total, deux millions de migrants seraient venus travailler au Qatar, sur les différents chantiers de la Coupe du monde, selon « The Guardian ».

C'est la face peu reluisante de la Coupe du monde de football qui doit se dérouler au Qatar en 2022. Selon des estimations publiées par le quotidien britannique The Guardian le mardi 23 février, depuis que le pays a obtenu le droit d'organiser la compétition en décembre 2010, au moins 6 500 travailleurs migrants venus d'Inde, du Pakistan, du Népal, du Bangladesh ou encore du Sri Lanka, sont décédés au Qatar. Cela représente en moyenne 12 décès de travailleurs migrants d'Asie du Sud chaque semaine.

Dans le détail, 5 927 travailleurs décédés provenaient de l'Inde, du Bangladesh, du Népal et du Sri Lanka. L'ambassade du Pakistan au Qatar fait état, elle, de 824 Pakistanais décédés entre 2010 et 2020. Pour The Guardian, le nombre total de travailleurs migrants décédés resterait encore très sous-estimé, puisque des pays comme les Philippines ou le Kenya ont eux aussi envoyé des contingents importants travailler au Qatar.

Pour assurer le show de la Coupe du monde, qui aura lieu du 21 novembre au 18 décembre 2022 et durant laquelle la France remettra en jeu son titre, le Qatar s'est lancé dans un très ambitieux programme de travaux. Outre la construction de sept stades, le pays a aussi fait sortir de terre un nouvel aéroport, des routes, des transports publics, une nouvelle ville, des hôtels.

À LIRE AUSSIPatrick Besson ? Le ballon des ronds

Deux millions de migrants

Ce sont sur ces chantiers que se concentrerait un nombre important de ces décès. « Une proportion très [...]

Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :