Comment est puni l'inceste en France?

·1 min de lecture

Dans la foulée du livre de Camille Kouchner (La familiale grande, Seuil) qui dénonce l'inceste subi par son frère jumeau par leur beau-père Olivier Duhamel, un hashtag #Metooinceste a entraîné des centaines de témoignages ce week-end sur les réseaux sociaux. Mais comment l'inceste est-il puni en France? Il n'est nommé dans le Code pénal que depuis 2016 et ne constitue pas une infraction spécifique. Le fait qu'un viol ou une agression sexuelle soient commis par un ascendant est en fait une circonstance aggravante. Un viol incestueux est puni de vingt ans de réclusion criminelle au maximum. 

Lire aussi - Inceste : les vrais chiffres de la justice

Près d'un Français sur dix dit avoir été victime d'inceste

La question de l'âge de non-consentement fait débat en France. Depuis la loi Schiappa de 2018, le Code pénal définit le viol comme "tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d’autrui ou sur la personne de l'auteur, par violence, contrainte, menace ou surprise" et précise que "lorsque les faits sont commis sur un mineur de 15 ans, la contrainte morale ou la surprise sont caractérisées par l'abus de la vulnérabilité de la victime ne disposant pas du discernement nécessaire pour ces actes". Insuffisant pour les associations de défense des victimes qui réclament que "le viol et l'agression sexuelle soient définis spécifiquement par l'âge" : 15 ans, et 18 ans "en situation de violences sexuelles incestueuses, de personne ayant autorité e...


Lire la suite sur LeJDD