Publicité

Puits de pétrole en Gironde : le ministre de l’Énergie Roland Lescure se dit favorable, malgré les protestations

Le ministre de l’Énergie Roland Lescure se dit favorable aux nouveaux puits de pétrole en Gironde, dans une interview sur France 3.
France 3 Le ministre de l’Énergie Roland Lescure se dit favorable aux nouveaux puits de pétrole en Gironde, dans une interview sur France 3.

ENVIRONNEMENT - « On va continuer à extraire (un peu) de pétrole en France ». Alors que des centaines de manifestants sont rassemblées ce dimanche 11 février à Bordeaux pour s’opposer à l’ouverture de huit nouveaux forages pétroliers en Gironde, le ministre de l’Énergie a donné son feu vert au projet, dans une interview sur France 3.

Des nouveaux puits de pétrole risquent d’être construits près de Bordeaux, et ça ne passe pas du tout

Invité dans l’émission Dimanche en politique, Roland Lescure a évoqué l’exploitation du pétrole dans la forêt de la Teste-de-Buch. Interrogé pour savoir s’il y est « favorable », le ministre a répondu : « Oui, et pour une simple et bonne raison : c’est qu’on l’a voté ». « Je suis pour » le feu vert de l’État à ce forage, a-t-il ajouté plus tard.

Loi Hulot et sortie de l’exploitation du pétrole en 2040

Roland Lescure a par la suite rappelé que la France est le « premier pays » à se doter d’une législation ambitieuse de la sortie du pétrole. Il fait ici référence à la loi Hulot sur la sortie française des hydrocarbures. Ce texte acte en effet la fin des concessions actuelles d’ici 2040, et interdit dès à présent de délivrer de nouveaux permis de recherche d’hydrocarbures.

« Ça veut dire que d’ici 2040, on va continuer à extraire un peu de pétrole en France », mais « pas beaucoup », a estimé le ministre, en ajoutant à propos des employés qui travaillent dans ces industries : « je ne peux pas leur dire, moi, on arrête tout du jour au lendemain ». Une lecture qui renforce la mobilisation des associations environnementales, opposées au projet.

Greta Thunberg rejoint les militants à Bordeaux

À Bordeaux, des centaines de manifestants se sont rassemblés à l’appel des collectifs La Teste pue de pétrole, Stop Total, Greenpeace France, Extinction Rébellion France, et les Écocitoyens du bassin d’Arcachon. Selon les informations de France 3, plusieurs personnalités positionnées contre le projet doivent rejoindre le cortège : le maire de la ville Pierre Hurmic (EELV), mais aussi les militants écologistes Camille Étienne et Greta Thunberg.

Dans son interview sur France 3, Roland Lescure a également estimé que « les lanceurs d’alerte, comme Greta Thunberg, ont été extrêmement utiles » ces dernières années, elle en a « réveillé » certains qui en « avaient besoin ». Mais « je pense que le temps des lanceurs d’alerte est un peu passé, maintenant on passe à l’action ». Donc « oui, on sort des hydrocarbures, progressivement », a-t-il une fois de plus martelé.

« Autoriser de nouveaux puits serait criminel »

Une déclaration qui fait rugir les scientifiques, qui rappellent que pour respecter l’Accord de Paris, il est nécessaire de laisser dans le sol les énergies fossiles, dont l’exploitation est la première cause des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. « Autoriser de nouveaux puits serait criminel », appuie ainsi sur Twitter le climatologue membre du GIEC Christophe Cassou.

Sensibilisés par les méga-feux qui avaient justement ravagé à l’été 2022 pas moins de 7 000 hectares de la forêt Teste-de-Buch, plusieurs habitants s’opposent également au projet. Cette forêt est exploitée depuis 1964 et compte encore aujourd’hui 50 puits de pétroles actifs, gérés par la société Vermillon. Il revient désormais au préfet de la Gironde de prendre une décision d’autoriser ou non le forage de huit puits supplémentaires.

À voir également sur Le HuffPost :

TotalEnergies fait un bénéfice record en pleine crise climatique, et suscite l’indignation de la gauche et des ONG

Blocage des agriculteurs : le gazole non routier attise la colère des professionnels mobilisés sur les autoroutes