Publicité

Puis-je être indemnisé en cas d'accident avec un animal sauvage ?

Les dégâts matériels résultant d’une collision avec un animal sauvage peuvent être pris en charge par l’assurance dès l’instant où l’assuré a souscrit aux garanties dégâts matériels et assurance du conducteur. À défaut, il peut faire une demande d’indemnisation auprès du fonds de garantie des assurances obligatoires (FGAO), qui couvre uniquement les dommages corporels en cas d’accident avec un animal sauvage. En cas de blessure et à défaut de collision entre le véhicule et l’animal (cas d’évitement de l’animal et chute dans un fossé ou si l’on a percuté un arbre), le FGAO ne peut intervenir. Il faut se tourner vers son assureur qui indemnisera en cas de souscription à la garantie du conducteur.

Le conducteur doit signaler le sinistre en contactant la police nationale ou la gendarmerie et le maire. Une fois sur les lieux de l’accident, ils pourront faire le constat de l’accident et prendre la déposition du conducteur, une démarche très utile pour la suite de la procédure d’indemnisation avec son assurance. Il faut recueillir les preuves – photos, poils de l’animal… – pour transmission à l’assureur.

L’article L113-2 du Code des assurances prévoit un délai de cinq jours pour déclarer le sinistre à son assureur, preuves à l’appui. Il faudra lui transmettre le constat amiable d’accident. L’assureur pourra mandater un expert pour vérifier que le responsable de l’accident est bel et bien l’animal sauvage. Il est recommandé dans l’attente de ne pas laver sa voiture pour conserver les (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Voiture : qui est verbalisé lorsqu’un passager ne porte pas sa ceinture de sécurité ?
Vivre dans un mobil-home à l'année : les conditions à respecter
Pour décrocher de son téléphone, mettez-le en noir et blanc. Voici comment faire !
Que risque-t-on à utiliser un détecteur de radar ?
Salaire : combien gagne un ingénieur en aéronautique ?