Publicité

Puff : unanimes, les députés votent l’interdiction des cigarettes électroniques jetables

Les Puff ne sont pas rechargeables. Au-delà des effets sur la santé, les conséquences écologiques sont dramatiques.  - Credit:MAGALI COHEN / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Les Puff ne sont pas rechargeables. Au-delà des effets sur la santé, les conséquences écologiques sont dramatiques. - Credit:MAGALI COHEN / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Premier pas vers l'interdiction. Lundi 4 décembre, l'Assemblée nationale a voté à l'unanimité un texte visant à interdire les cigarettes électroniques à usage unique, les Puff. Ces dernières sont particulièrement prisées des plus jeunes. Le texte doit encore être voté par le Sénat et obtenir l'aval de Bruxelles.

Bon marché, multicolores et aux parfums de glace à la fraise, de pastèque, ou de chocolat… Ces « Puff » non rechargeables proposent un certain nombre de bouffées pour un taux de nicotine compris entre 0 et 20 mg/ml, qui « ouvre la voie à une forte dépendance », surtout chez les mineurs, a dénoncé le ministre de la Santé Aurélien Rousseau.

« Leur prix est dérisoire, les arômes fruités et sucrés sont attirants, la discrétion du dispositif les fait passer inaperçus auprès des parents », a déploré Francesca Pasquini, qui avait déposé le texte en novembre 2022. « L'Académie nationale de médecine qualifie les Puff de “piège sournois pour les enfants et les adolescents” », a insisté son corapporteur Michel Lauzzana (Renaissance).

À LIRE AUSSI Puff ou pas Puff ? Pour une interdiction de la vente des e-cigarettes jetables

10 % des 13-16 ont déjà essayé la Puff

Signée par 166 députés, leur proposition a le soutien du gouvernement. La Première ministre Élisabeth Borne avait réclamé l'interdiction des « Puff » début septembre. « Chez les 13-16 ans, un enfant sur 10 a déjà essayé la Puff », a alerté Aurélien Rousseau, dénonçant un « effet passerelle vers le tabagism [...] Lire la suite