Ce ptérosaure surnommé le "dragon de la mort" est l'un des mieux conservés

Ce ptérosaure surnommé le "dragon de la mort" est l'un des mieux conservés

De son nom Thanatosdrakon, ce ptérosaure originaire d'Argentine est le plus grand jamais découvert en Amérique du Sud.

DINOSAURES - C’est un véritable géant des cieux. Son nom, Thanatosdrakon Amaru, signifie “dragon de la mort” en grec. Il a également une signification en langue quechua puisqu’“Amaru” désigne une divinité inca, un serpent volant à deux têtes. Nul doute alors que son ombre menaçante devait semer la terreur du temps de son vivant, à savoir le Crétacé supérieur (il y a environ 86 millions d’années).

Membre de la famille des azhdarchidés (appartenant au groupe des ptérosaures), deux spécimens découverts, fruit de recherches publiées le 12 avril 2022 par Elsevier. Il s’agit de la plus grande espèce jamais découverte en Amérique du Sud. Imposants, les deux fossiles font respectivement sept et neuf mètres d’envergure. Ils ont été découverts dans la province de Mendoza en Argentine, terre fertile pour les fossiles.

Deux titans ailés

En plus de sa taille, “les azhdarchidés étaient connus pour leurs très grands crânes (parfois plus grands que leurs corps) ainsi que leurs cous hyper allongés et leurs corps courts et robustes”, a déclaré pour Live Science Leonardo D.Ortiz David, auteur principal de cette nouvelle étude.

Envergure des deux fossiles de Thanatosdrakon Amaru retrouvés. (Photo: Ortiz David, González Riga & Kellner, 2022)
Envergure des deux fossiles de Thanatosdrakon Amaru retrouvés. (Photo: Ortiz David, González Riga & Kellner, 2022)

Envergure des deux fossiles de Thanatosdrakon Amaru retrouvés. (Photo: Ortiz David, González Riga & Kellner, 2022)

D’après l’analyse des différents fossiles retrouvés, les chercheurs ont déterminé que les deux ptérosaures sont morts en même temps, alors que le plus petit n’était pas encore développé. Il est néanmoins difficile d’affirmer si les deux animaux faisaient partie de la même famille.

“Il n’y a aucune indication dans les restes fossiles d’un degré de relation parentale”, a déclaré pour Live Science Ortiz David. Toutefois, “il peut être confirmé que les deux spécimens sont de tailles différentes, et que le plus petit est un juvénile subadulte, et qu’ils étaient ensemble lorsqu’ils sont morts il y a plus de 86 millions d’années.”

Des fossiles fragiles...donc très rares

C’est lors de fouilles dans l’optique d’un projet de construction civile que les deux fossiles ont été retrouvés. La région est en effet propice aux fossiles, alors que la province de Mendoza abrite notamment l’Aconcagua. Plus haute montagne des Amériques, elle est bien connue des paléontologues pour d’autres découvertes importantes, notamment le sauropode géant Notocolossus, présenté comme un bagarreur féroce dans le documentaire “Prehistoric Planet” d’AppleTV.

Point d’importance, les différents fossiles retrouvés sont dans un remarquable état de conservation. Certains d’entre eux étaient complets, “comme les humérus (gros os du bras), les syncarpiens (un des os du pied) et les vertèbres dorsales” explique l’étude.

Il s’agit là d’une surprise, car il est rare de trouver des fossiles de ptérosaure en si bon état. “Dès le début, deux faits ont retenu notre attention: le premier était la taille des restes et leur conservation en trois dimensions; le second était la quantité de restes trouvés sur le site, puisque les ptérosaures géants ne sont connus que par des restes fragmentaires (à quelques exceptions près)”, explique le chercheur.

La raison à cela est simple, les os de ces animaux sont fragiles et se détériorent facilement. Dès lors, cette découverte est une chance pour les chercheurs. “La description de nouveaux spécimens est toujours importante pour la paléontologie des vertébrés, car ils éclairent les différents groupes étudiés. Dans ce cas particulier, les éléments 3D de grands ptérosaures sont rares, faisant de Thanatosdrakon une excellente étude de cas”.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

VIDÉO - Un embryon de dinosaure vieux de 72 millions d’années découvert dans un œuf fossilisé

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles