Publicité

PSG: le recrutement très français du PSG, une grande première depuis 2011

PSG: le recrutement très français du PSG, une grande première depuis 2011

Kang-In Lee-Gonçalo Ramos-Marco Asensio. C’est avec ce trio d’attaque que le PSG a attaqué la saison 2023-2024, avec un nul concédé au Parc des Princes contre Lorient (0-0). C’était le 12 août mais ça ressemble déjà à une autre époque. Car trois semaines plus tard, Luis Enrique dispose d’un tout autre pouvoir offensif. Quand sa dernière recrue sera débarrassée de son entorse à la cheville, le technicien espagnol pourra aligner une attaque cinq étoiles avec Randal Kolo Muani (forfait ce dimanche contre l'OL), Kylian Mbappé et Ousmane Dembélé.

Une association 100% bleue que l’on a déjà vue à l’œuvre en sélection sous Didier Deschamps, notamment contre Gibraltar mi-juin, et qui répond à une certaine volonté des dirigeants parisiens de "franciser" le vestiaire. En plus de Kolo Muani et Dembélé, le champion de France en titre a sorti le chéquier à l’intersaison pour attirer un autre international français (Lucas Hernandez) et un international Espoirs (Bradley Barcola).

3, 4 ou 5 Français titulaires ?

Soit quatre renforts tricolores au cours d’un mercato animé qui a aussi vu arriver les Espagnols Marco Asensio et Arnau Tenas, l’Uruguayen Manuel Ugarte, le Slovaque Milan Skriniar, le Sud-Coréen Kang-In Lee, le Portugais Gonçalo Ramos et l’Italien Cher Ndour. Depuis la prise de pouvoir des Qataris en 2011, le PSG n’avait plus recruté autant de joueurs français lors d’une même saison depuis… la première année. Les supporters parisiens n’ont pas oublié les signatures, il y a douze ans, de Ronan Le Crom, Nicolas Douchez, Blaise Matuidi, Jérémy Ménez et Kevin Gameiro.

Et encore, beaucoup considèrent que Gameiro reste la dernière recrue de l’ère Colony Capital, qui avait œuvré pour le faire venir de Lorient. Entre 2011 et 2023, il y a parfois eu des mercatos à Paris sans le moindre recrutement français. Comme en 2014. Ou plus récemment en 2021, l’été où ont débarqué Lionel Messi, Sergio Ramos, Nuno Mendes, Achraf Hakimi, Danilo Pereira, Gianluigi Donnarumma et Georginio Wijnaldum. Un an plus tard, Nasser Al-Khelaïfi avait annoncé "la fin des paillettes" et du "bling-bling", en même temps que sa volonté d’avoir davantage de joueurs parisiens au sein de l’effectif. Cette saison, le PSG pourrait démarrer des rencontres avec trois, quatre voire cinq éléments français dans son onze de départ.

Avec Mbappé, Kolo Muani et Dembélé, donc, mais aussi Warren Zaïre-Emery, devenu un titulaire indiscutable en ce début de championnat à 17 ans, et Lucas Hernandez derrière. Voire Presnel Kimpembe, qui candidatera à une place en charnière centrale une fois remis de sa blessure. Sans oublier Nordi Mukiele alors que Layvin Kurzawa, Edouard Michut (pas certain de rester) et Hugo Ekitike partent a priori de beaucoup plus loin. Pour le PSG, recruter français était aussi important en vue de la Ligue des champions, les dirigeants ayant en tête les contraintes de l'UEFA. Leur club ne peut inscrire sur la liste A que vingt-cinq joueurs, dont huit, au moins, doivent être formés en France (trois ans passés dans le pays entre 15 et 21 ans) et quatre formés au PSG (trois ans passés entre 15 et 21 ans).

Article original publié sur RMC Sport