Publicité

PSG-Lille : Anne Hidalgo visée par les ultras parisiens au sujet de la vente du Parc des Princes

PSG's fans unveil banners in the stands which read "without PSG the Parc [des Princes] has no more Prince" and "Hidalgo [Paris' Mayor] kills Paris and it's magic" during the French L1 football match between Paris Saint-Germain (PSG) and Lille LOSC at the Parc des Princes stadium in Paris, on February 10, 2024. (Photo by ALAIN JOCARD / AFP)

FOOTBALL - La colère contre Anne Hidalgo a gagné les tribunes du Parc des Princes. Mais il n’était pas question de sa politique anti-voitures ou de sa gestion globale de la capitale. Ce que les ultras du PSG ont ciblé ce samedi 10 février à l’occasion du match contre Lille (victoire 3-1), ce sont les relations de la maire avec les dirigeants du club.

Le Paris Saint-Germain ne veut plus jouer au Parc des Princes, voici les options dont il dispose

Un sujet crispe particulièrement ces derniers jours : l’avenir du stade où évolue le PSG dans l’ouest de Paris. « Sans le PSG, le Parc n’a plus de princes », « Hidalgo tue Paris et sa magie » ou « récupéré par les politiques, un stade pour le peuple », était-il écrit sur des banderoles sorties par le virage Auteuil du Parc des Princes où les plus fidèles Ultras du PSG assistent au match.

Les insultes ont également fusé des tribunes avant que le slogan « Hidalgo démission » ne soit repris et oblige le speaker du stade à prendre la parole. Il avait déjà dû le faire avant le coup d’envoi pour des insultes homophobes descendant des kops parisiens et lillois.

Les ultras du PSG ne veulent pas quitter le Parc

L’affaire du Parc des Princes a pris une nouvelle tournure jeudi quand le président du PSG, Nasser Al-Khelaifi a annoncé l’intention du club de quitter le stade emblématique. En cause, le refus de la ville de Paris de vendre l’enceinte. « C’est trop facile de dire maintenant que le stade n’est plus à vendre. On sait ce que l’on veut, on a gâché des années à vouloir acheter le Parc. C’est fini maintenant, on veut bouger du Parc », avait lâché le dirigeant qatari en marge d’une réunion de l’UEFA.

Locataire du Parc jusqu’à 2043, le PSG considère que seul un achat peut lui permettre de mener à bien son projet d’agrandissement (de 48 000 à 60 000) qui a pour vocation de maximiser les recettes à chaque match et d’augmenter la valorisation du club. Nasser Al-Khelaifi accuse surtout Anne Hidalgo de lui avoir dit en privé qu’elle était prête à vendre ce qu’elle refuse aujourd’hui publiquement.

La mairie est cependant prête à aller plus loin que le bail emphytéotique de trente ans qui est actuellement signé. Adversaire politique d’Anne Hidalgo, Valérie Pécresse a dit vouloir examiner toutes les options pour construire un nouveau stade en Île-de-France. Une option rejetée par les ultras parisiens qui ne veulent pas entendre parler d’un départ du Parc.

À voir également sur Le HuffPost :

Kylian Mbappé révèle à Élise Lucet ces « choses simples de la vie » devenues impossibles avec sa célébrité

Côte d’Ivoire-Nigeria : en finale de la CAN 2024, un duel aux airs de revanche pour les Éléphants