Publicité

PSG: "Déçu", Luis Fernandez fustige l'ingratitude du club

C'est pour bientôt. Élevé au grade de Chevalier de la Légion d’honneur en vertu d’un décret paru au Journal Officiel le 13 juillet 2022, Luis Fernandez se verra remettre sa décoration des mains de Michel Platini, au cours d’une cérémonie qui se déroulera à l’Hôtel de Ville de Paris, le 22 février. Pas forcément l’endroit rêvé pour l’ancien joueur et entraîneur du Paris Saint-Germain, qui s’imaginait recevoir sa distinction sur la pelouse du Parc des Princes, devant plusieurs milliers de supporters. "C’était l’endroit idéal", déplore Luis Fernandez auprès du Parisien. Mais après plusieurs mois de discussions infructueuses et devant l’attentisme des dirigeants du club, Luis Fernandez a fini par accepter la proposition de la Mairie de Paris.

"La reconnaissance des anciens n'existe pas"

L’ex-international en conserve une certaine amertume, même s’il n’en veut pas personnellement à Nasser Al-Khelaïfi, l’actuel président du club de la capitale. "J’imaginais une estrade pour remercier le public…", confie tristement Luis Fernandez au Parisien. Une estrade sur laquelle auraient pu prendre place à ses côtés les gloires du club invitées pour l’occasion: Raï, Bathenay, Rocheteau, Dahleb, Susic ou encore son ami Jean-Marc Pilorget, recordman du nombre de matchs joués pour le PSG avec 435 rencontres, et tant d'autres. "Je suis déçu parce qu’au PSG, la reconnaissance des anciens n’existe pas. Je m’en suis déjà rendu compte le soir de PSG-Milan. Je voulais rentrer dans le carré pour le faire visiter à un ami italien et on m’a refusé l’accès", fustige encore Luis Fernandez.

Ce n’est pas la première fois que Luis Fernandez dénonce le traitement réservé aux anciens du club par le Paris Saint-Germain. "Je le regrette. On ne respecte pas assez les gens qui ont servi, porté dignement le maillot. En Espagne avec Butragueno, vice-président du Real Madrid, en Italie avec Paolo Maldini, directeur technique (de l'AC Milan), ou en Allemagne, les clubs font davantage appel à leurs anciens. Mais en France, et pas qu'au PSG, on a tendance à les mettre de côté", constatait Luis Fernandez dans les colonnes de L’Equipe en mars 2023. "Les anciens ne sont pas là pour prendre le pouvoir, mais pour participer, apporter, rappeler le passé et l’histoire du club."

Article original publié sur RMC Sport