Publicité

PSG-Barça: pourquoi le traumatisme de la remontada n'est plus vraiment d'actualité

Le PSG a-t-il hérité du meilleur tirage possible? Ce vendredi, John Obi Mikel a tiré le Barça comme futur adversaire des Parisiens en quart de finale de la Ligue des champions les 9-10 et 16-17 avril prochain. Une affiche prestigieuse qui rappelle forcément de mauvais souvenirs pour les supporteurs de Paris, même si la remontada du 8 mars 2017 semble loin. Le hasard faisant bien les choses, le match aller aura lieu au Parc des Princes et le match retour en Catalogne, non pas au Camp Nou mais à Montjuic. Pourtant, en sept saisons, beaucoup de choses ont changé des deux côtés. "La remondada? On avance, il ne faut pas rester là-dessus. Ce sera un match avec des joueurs différents, des entraîneurs différents. Ce sera un match très spécial", a confié le vice-président du Barça Rafael Yuste au micro de RMC Sport.

Déjà, le traumatisme de cette remontada a été effacé en 2021, lorsque les Parisiens avaient puni les Barcelonais à domicile (1-4), grâce notamment à un triplé de Mbappé (retour 1-1). Aujourd’hui, le PSG et le Barça sont bien différents. Si Sergi Roberto est toujours là, l’effectif catalan s’est considérablement rajeuni au sein d’un club en transition.

>> Revivez le tirage au sort de la Ligue des champions

L’expérience côté parisien, l’insouciance pour les jeunes de la Masia

De là à penser que Paris est favori? "Je suis certain que du côté de Barcelone on n'est pas content de tomber sur le PSG. (...) C'est du 60-40 en faveur du PSG. À Barcelone, c'est un mix entre joueurs expérimentés et jeunes, l'expérience est du côté du PSG”, affirme Fred Hermel sur le plateau de RMC Sport.

Si Kylian Mbappé reste la figure de proue du PSG jusqu’à la fin de la saison, le Barça est porté par un gamin de 16 ans, en la personne de Lamine Yamal. Entouré par les vieux briscards Robert Lewandowski, Ilkay Gündogan et Frenkie De Jong, qui devrait effectuer son retour pour la double confrontation, la pépite est l’un des nombreux joyaux sortis de la Masia, au même titre que Marc Guiu, Hector Fort, Marc Casado ou Pau Cubarsi, élu homme du match lors du huitième de finale retour face à Naples. Cette classe biberon se bat avec ses armes, puisque le Barça est troisième de Liga avec huit points de retard sur le Real Madrid et a été éliminé en quart de finale de Coupe du Roi par l’Athletic Bilbao (4-2). Mais le collectif catalan est surtout dans le flou, puisque Xavi a annoncé qu’il quitterait le club à la fin de la saison, un an après avoir glané le titre en Liga.

Les retrouvailles pour Luis Enrique

Convaincu que "deux grandes équipes vont s’affronter" en avril prochain, Rafael Yuste est également ravi de retrouver Luis Enrique, vainqueur de la dernière Ligue des champions des Catalans en 2015. Le technicien espagnol reviendra donc en terre promise les 16 ou 17 avril prochains pour aller chercher une qualification pour le dernier carré.

Mais avant, les Parisiens devront assurer à domicile où ils sont invaincus en Ligue des champions cette saison (succès contre Dortmund, Milan et la Real Sociedad, nul face à Newcastle). De son côté, le Barça est en souffrance à l’extérieur dans la compétition (victoire à Porto, défaites face au Shakhtar et à Antwerp, nul à Naples). Deux matchs, 180 minutes (ou plus si affinité) pour entretenir le doux rêve européen pour la dernière valse de Kylian Mbappé avec le club de la capitale.

Article original publié sur RMC Sport