Propos sur les mineurs isolés: 10.000 euros d'amende requis contre Eric Zemmour

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Eric Zemmour le 22 avril 2021 à Paris - JOEL SAGET © 2019 AFP
Eric Zemmour le 22 avril 2021 à Paris - JOEL SAGET © 2019 AFP

Le parquet a requis mercredi 10.000 euros d'amende, avec possibilité d'emprisonnement en cas de non paiement, à l'encontre du polémiste d'extrême droite Eric Zemmour jugé devant le tribunal correctionnel de Paris pour ses propos controversés sur les migrants mineurs isolés.

"Au vue de la violence des propos et du contexte dans lequel ils ont été prononcés", et du fait qu'Eric Zemmour a "déjà un passé judiciaire", la procureure a demandé "100 jours amende à 100 euros.

Lors d'un débat en septembre 2020 sur CNews sur les mineurs isolés après un attentat devant les ex-locaux de Charlie Hebdo, le chroniqueur avait déclaré: "ils n'ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c'est tout ce qu'ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu'ils viennent".

Des "propos méprisants, outrageants", qui montrent "un rejet violent" et une "détestation" de la population immigrée, a estimé la procureure dans ses réquisitions.

La relaxe demandée par la défense

Eric Zemmour est coupable de provocation à la haine et d'injure raciale, a-t-elle aussi déclaré. "Les limites de la liberté d'expression ont été franchies".

"Ces émissions c'est tac-au-tac" et Eric Zemmour "essaie de développer une thèse", a répondu dans sa plaidoirie l'avocat du polémiste. "Sa thèse, c'est qu'il ne faut aucune immigration", c'est une position politique", assure Me Olivier Pardo. "Il n'y a pas une once de racisme chez Eric Zemmour" qui ne fait que dire "la réalité", parfois de "manière brutale, avec ses mots", soutient-il.

Il a demandé la relaxe, estimant que la citation pour provocation à la haine raciale ne se tenait pas: "Les mineurs isolés ne sont ni une race, ni une nation, ni une ethnie". La décision du tribunal a été mise en délibéré et sera rendue le 17 janvier.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles