Publicité

Un Prophète : sur le tournage de la série événement de OCS, à Marseille

Décembre dernier, quartiers nord de Marseille, le tournage touche à sa fin. Le producteur Marco Cherqui a les yeux qui pétillent. Déjà investi sur le long métrage de Jacques Audiard, il revient sur la genèse de ce projet : "J’étais un énorme fan de Gomorra, le film, et encore plus de la série. Je me suis dit qu’il y avait beaucoup de points communs avec Un Prophète. Puis j’ai rencontré des gens ayant travaillé dessus. Quand je leur ai expliqué que Gomorra m’avait inspiré pour faire d’Un Prophète une série, ils m’ont appris qu’eux-mêmes s’étaient inspirés d’Un Prophète, pour Gomorra. C’est la rencontre de deux mythes forts, qui n’ont pas pour autant cherché à se copier", bien que la réalisation ait été confiée à un Italien, Enrico Maria Artale (Django, Romulus).

La production n’a pas non plus cherché à calquer strictement le film, précise Marco Cherqui. "La thématique reste commune : comment survivre quand on a tout contre soi ? Mais la série se veut un récit contemporain, comme l’a été le film. A l’époque, les règlements de comptes touchaient les milieux corses et arabes. Depuis, la société a changé. La rivalité entre Arabes et Africains a pris le dessus. C’est pourquoi nous avons redistribué les cartes, avec un Malik (le personnage principal, ndlr) issu de la communauté comorienne."

Confronté à Sami Bouajila (et non Niels Arestrup, comme dans le film), le héros est aujourd’hui incarné par Mamadou Sidibé, dont c’est la toute première apparition. On lui souhaite un parcours aussi brillant que celui de Tahar Rahim, doublement "césarisé" (meilleur espoir et meilleur acteur) en 2010, pour le même rôle. "C’est un petit prodige", assure Marco Cherqui. Prophétique ?

... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi