Publicité

Le projet de loi sur la fin de vie d’Emmanuel Macron rend Line Renaud « tellement heureuse »

Line Renaud s’est réjouie du choix d’Emmanuel Macron de lancer un projet de loi pour une « aide à mourir ».
Stephane Cardinale - Corbis / Corbis via Getty Images Line Renaud s’est réjouie du choix d’Emmanuel Macron de lancer un projet de loi pour une « aide à mourir ».

FIN DE VIE - Une décision qu’elle décrit comme « une merveille ». Dans les colonnes de Libération, Line Renaud s’est réjouie du choix d’Emmanuel Macron, annoncé dans une interview à Libération et à La Croix, de lancer un projet de loi pour une aide à mourir « sous conditions strictes », qui sera présenté en Conseil des ministres au mois d’avril.

Fin de vie : très jeunes, ils ont accompagné un proche malade et perdu leur insouciance

Marraine de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), l’actrice de 95 ans milite activement depuis des années en faveur d’une aide active à mourir via des tribunes et des prises de parole médiatiques.

« J’ai apporté ma pierre à l’édifice »

Interviewée à ce sujet, la chanteuse n’a pas caché son enthousiasme - qui sonne aussi comme un soulagement. « Quand les médecins, la famille, les proches d’un malade savent qu’il n’y a plus rien à faire, que c’est une question de mois, et que ces derniers moments vont être une souffrance, alors il faut l’aider à mourir », a-t-elle expliqué.

Des moments difficiles qui ne lui sont pas inconnus. Car si l’actrice est tant engagée sur ce sujet, c’est parce qu’elle a accompagné sa mère malade dans sa fin de vie, il y a une vingtaine d’années. Auprès de Libération, elle est revenue sur les souffrances qui ont précédé son décès. « Je demandais aux médecins de la soulager, mais aucun médicament ne suffisait […], a-t-elle confié. Si l’aide à mourir avait alors existé, je n’aurais jamais eu l’impression de la “suicider”, j’aurais arrêté ses souffrances, c’est tout. »

Interrogée sur son poids dans cette décision d’Emmanuel Macron, elle répond avoir « apporté sa pierre à l’édifice » et être simplement heureuse de cette évolution.

À voir également sur Le HuffPost :

Fin de vie : Françoise Hardy, atteinte d’un cancer, souhaite partir « le plus vite possible »

Pour le père de Vincent Humbert, il est temps de « faire évoluer la loi » sur la fin de vie