Publicité

La profanation des tombes à Gaza, l’autre visage d’une guerre sans nom

Israël commet des crimes abominables dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre actuelle. Il y a parmi ces crimes l’invasion de cimetières et la profanation de tombes. Alors qu’Israël avait imposé une coupure totale d’Internet et des télécommunications, son armée a envoyé des chars dans la zone à l’ouest de Khan Younès, dans le sud de Gaza. Le centre médical Nasser se trouve là, et nombre de mes proches sont inhumés dans un cimetière voisin.

Des tombes détruites au bulldozer

Pendant la coupure d’Internet, nous restions informés grâce à la radio : c’est comme ça que nous avons appris que l’armée israélienne avait déterré des tombes et les avait détruites au bulldozer. Quand ma mère l’a appris, elle nous a rappelé que des membres de sa famille reposaient dans le cimetière en question.

Mon frère y est allé et a vu que l’armée israélienne avait détruit les sépultures de mon grand-père et de ma grand-mère. Nous avons beaucoup pleuré en l’apprenant. Ragheb, mon grand-père, est mort il y a deux ans presque jour pour jour. Il ne détestait rien tant que les guerres.

COURRIER INTERNATIONAL
COURRIER INTERNATIONAL

À chaque fois qu’on essuyait une attaque de grande ampleur, il essayait de nous dire que les périodes difficiles finiraient par passer. Il nous apportait son soutien. Malgré toute sa patience, les guerres précédentes d’Israël contre Gaza l’affectaient psychologiquement.

Pendant la guerre actuelle, j’ai confié à ma mère que mon grand-père aurait été extrêmement triste s’il avait été en vie et témoin des horreurs infligées à Gaza. Les personnes âgées souffrent terriblement d’être déplacées et sont terrifiées par les bombardements.

Une guerre contre les morts ?

On souffre quand la tombe d’un proche est détruite. On a l’impression qu’Israël efface tout ce qui a un lien avec la population gazaouie. Vit-on maintenant une guerre contre les morts en plus d’une guerre contre les vivants ? Il n’y a aucun combattant dans les cimetières, pas plus qu’il n’y a de personnes en vie.

La perte de ces sépultures vient amplifier le deuil que traverse Gaza. L’ONG Euro-Med Human Rights Monitor a accusé Israël d’avoir ciblé la majorité des cimetières à Gaza. Ces attaques sont contraires au droit international, qui exige le respect des défunts en temps de guerre.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :