Publicité

Production d'électricité : "effondrement sans précédent" du charbon et du gaz dans l'UE

Production d'électricité : "effondrement sans précédent" du charbon et du gaz dans l'UE

Pour la première fois, l'année dernière, la part de l'énergie éolienne dans la production d'électricité en Europe a été supérieure à celle du gaz fossile.

C'est ce qui ressort du dernier rapport annuel du groupe de réflexion sur les énergies propres Ember, qui regorge de statistiques positives sur la transition énergétique de l'UE.

L'énergie éolienne et solaire a produit un pourcentage record de 27 % de l'électricité de l'Union européenne en 2023. Le charbon et le gaz ont connu une baisse correspondante, le premier tombant à son niveau le plus bas, avec seulement 12 % de la production d'électricité de l'UE.

"Le secteur de l'électricité de l'UE est au cœur d'un changement monumental", déclare Sarah Brown, directrice du programme Ember pour l'Europe. "Les combustibles fossiles jouent un rôle moins important que jamais, alors qu'un système centré sur l'énergie éolienne et solaire est en train de voir le jour".

La baisse de la demande d'électricité a également contribué à "l'effondrement sans précédent" de la production de charbon et de gaz, selon les analystes, alors que la crise énergétique continue de comprimer la demande.

Alors que l'Union européenne s'est fixé pour objectif de réduire de 90 % ses émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2040, voici comment les énergies renouvelables s'accélèrent.

Comment le bouquet électrique de l'UE a-t-il évolué en 2023 ?

La production éolienne a augmenté de 13 % pour atteindre 18 % du bouquet électrique de l'UE l'année dernière, soit 475 TWh, ce qui correspond environ à la demande totale d'électricité de la France.

Elle a dépassé le gaz, qui a fourni 17 % de l'électricité. L'énergie solaire a quant à elle généré 9 % de l'électricité de l'UE.

Dans l'ensemble, les énergies renouvelables ont atteint une part record de 44 % de l'électricité de l'UE en 2023, l'énergie hydraulique s'étant également redressée après avoir atteint son niveau le plus bas en 2022.

La production d'énergie éolienne (18 %) a dépassé le gaz (17 %) pour la première fois en Europe en 2023.
La production d'énergie éolienne (18 %) a dépassé le gaz (17 %) pour la première fois en Europe en 2023. - Ember

Quel pays est à la tête de cette révolution éolienne? Cela dépend de la mesure utilisée, mais quelques-uns se distinguent : 58 % de l'électricité du Danemark provient des éoliennes, l'Allemagne produit la plus grande quantité d'énergie éolienne (141 TWh) et la Suède est le pays qui en produit le plus par habitant.

L'Allemagne a également connu la plus forte augmentation de la production d'énergie éolienne, suivie de la France et des Pays-Bas.

"L'année dernière, à l'occasion de la COP28, l'UE a donné une forte impulsion pour que le monde s'engage à éliminer progressivement les combustibles fossiles", note Pieter de Pous, chef de programme au sein du groupe de réflexion E3G. "Ces données sur le marché de l'électricité de 2023 montrent qu'il ne s'agissait pas de simples paroles, l'UE ayant réalisé des progrès très importants sur son territoire en passant progressivement à un système électrique sans combustibles fossiles ; les énergies renouvelables bon marché élimineront à terme la demande de charbon et de gaz".

La production de charbon a connu une baisse record de 26 % en 2023. Cette baisse n'a pas entraîné une augmentation de la consommation de gaz, qui a également chuté de 15 %, soit la plus forte réduction annuelle depuis au moins 1990.

Pourquoi la demande d'électricité de l'UE a-t-elle chuté en 2023 ?

Les énergies renouvelables n'ont pas tout le mérite, car la demande d'électricité de l'UE a baissé de 3,4 % en 2023 par rapport à 2022, et de 6,4 % par rapport aux niveaux de 2021, lorsque la crise énergétique a commencé.

Ember associe un peu plus d'un tiers (3,8 %) de cette baisse à long terme à une diminution de la consommation d'électricité dans l'industrie. En particulier, les secteurs à forte consommation d'énergie tels que la sidérurgie, la chimie et le papier ont probablement été touchés par la hausse des prix du gaz.

Le temps doux, les économies d'énergie et l'efficacité énergétique ont également contribué à réduire la consommation d'électricité.

Un effondrement sans précédent de la production d'électricité par charbon et gaz dans l'UE en 2023 a entraîné une baisse record des émissions du secteur de l'électricité
Un effondrement sans précédent de la production d'électricité par charbon et gaz dans l'UE en 2023 a entraîné une baisse record des émissions du secteur de l'électricité - Ember

"Alors que l'électrification décolle grâce à l'augmentation du nombre de pompes à chaleur, de véhicules électriques et d'électrolyseurs, l'UE va entrer dans une nouvelle ère d'augmentation de la demande d'électricité", explique Dave Jones, directeur des études mondiales d'Ember. "Les énergies renouvelables devront suivre le rythme de cette augmentation de la demande afin de permettre les réductions d'émissions nécessaires à un climat sain".

Il est intéressant de noter que si la crise énergétique a réduit la demande d'électricité dans presque tous les pays l'année dernière - en particulier en Slovaquie et en Roumanie - l'Irlande, Chypre et le Portugal ont quant à eux enregistré des hausses.

En Irlande, cette hausse est en grande partie due aux centres de données, qui ont consommé 18 % de l'électricité du pays en 2022, soit une augmentation de 400 % par rapport à 2015, selon les données officielles.

L'UE doit encore développer l'éolien et le solaire pour atteindre ses objectifs en matière de climat

S'il y a de quoi se réjouir de cette nouvelle révision, les experts en énergie préviennent que cette transition a encore un long chemin à parcourir.

"La crise énergétique et l'invasion de l'Ukraine par la Russie n'ont pas entraîné une résurgence du charbon et du gaz, loin de là. Le charbon est sur le point d'être éliminé, et avec la croissance de l'éolien et du solaire, le gaz sera le prochain à entrer en phase terminale de déclin", déclare Sarah Brown, de la société Ember. "Cependant, ce n'est pas le moment de se reposer sur ses lauriers. L'UE doit se concentrer sur le déploiement rapide de l'éolien, du solaire et de la flexibilité afin de créer un système exempt des risques liés aux combustibles fossiles".

Le plan REPowerEU de l'Union européenne, qui vise à maintenir le réchauffement de la planète en deçà de 1,5 °C, prévoit que 55 % de l'électricité provienne de l'énergie éolienne et solaire d'ici à 2030. Cela représente presque le double de la production éolienne actuelle, qui se situe à 27 %.

Bien que la production solaire ait augmenté l'année dernière, sa croissance d'une année sur l'autre a été inférieure de 25 % à celle de 2022. L'énergie éolienne n'est pas non plus en voie d'atteindre les 15 % qu'elle doit augmenter chaque année jusqu'à la fin de 2030.

"Alors que certains pays s'empressent de déployer davantage d'énergie éolienne et solaire, car il s'agit d'une opportunité sociale et économique, d'autres, en particulier en Europe centrale et orientale, sont à la traîne et risquent de passer à côté", commente Martin Hojsík, député européen, vice-président du Parlement européen (Renew Europe, Slovaquie progressiste).

Il ajoute que l'Europe doit passer à l'énergie propre pour se protéger des risques de sécurité liés à l'importation de combustibles fossiles et pour récolter les fruits de la transition énergétique.

Ce ne sont pas seulement les énergies renouvelables qui doivent être déployées plus rapidement pour y parvenir, mais aussi les "facilitateurs systémiques" tels que les réseaux et le stockage de l'énergie.

Le nouvel objectif climatique pour 2040 permettra-t-il à l'Union européenne d'accélérer son parcours en matière d'énergies renouvelables ?

Afin d'atteindre la neutralité climatique d'ici 2050, la Commission européenne a annoncé cette semaine un nouvel objectif consistant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 90 % d'ici 2040.

Ce nouvel objectif doit encore être débattu par les législateurs européens et ne deviendra juridiquement contraignant qu'après les élections du Parlement européen en juin, lorsqu'une nouvelle Commission sera formée.

Les experts en énergies renouvelables ont toutefois salué le signal "ambitieux" envoyé par Bruxelles.

"Un objectif de -90 % ouvre la voie à une action décisive pour décarboniser notre secteur de l'électricité - la première étape cruciale sur la voie du zéro net", déclare Elisabeth Cremona, analyste de données sur l'énergie et le climat chez Ember.

"Un objectif ambitieux permet d'établir une direction claire pour s'éloigner des combustibles fossiles, notamment en débloquant toutes les infrastructures de soutien qui permettront un déploiement rapide des énergies renouvelables et une électrification propre".

Walburga Hemetsberger, PDG de SolarPower Europe, déclare que le secteur solaire "soutient sans réserve" le scénario de réduction des émissions de 90 %.

"Nous espérons que ce message se traduira par une loi sur l'électrification", ajoute-t-elle. "Il est important de noter que la proposition reconnaît également la nécessité d'augmenter les financements privés et publics tels que le Fonds pour l'innovation, et la fin des subventions pour les combustibles fossiles".

Les groupes de défense du climat sont moins enthousiastes. Les Amis de la Terre Europe, par exemple, affirment que les réductions d'émissions proposées ne sont pas à la hauteur de l'obligation historique de l'UE de parvenir à des "émissions zéro" bien avant 2050.

"L'Europe doit définir une date d'expiration pour sa dépendance aux combustibles fossiles - bien avant 2050 - et arrêter de faire plaisir à l'industrie des combustibles fossiles avec des échappatoires et des dérobades dangereuses comme le CSC [captage et stockage du carbone]".