La proclamation de Charles III marquée par des protestations en Irlande et en Écosse

ENDINBURGH, SCOTLAND - SEPTEMBER 11: A anti-royalist protester in the crowd during a Accession Proclamation Ceremony at Mercat Cross, publicly proclaiming King Charles III as the new monarch on September 11, 2022 in Edinburgh, Scotland. King Charles III ascended the throne of the United Kingdom on the death of his mother, Queen Elizabeth II on 8 September 2022. (Photo by Wattie Cheung - WPA Pool/Getty Images)
WPA Pool / Getty Images ENDINBURGH, SCOTLAND - SEPTEMBER 11: A anti-royalist protester in the crowd during a Accession Proclamation Ceremony at Mercat Cross, publicly proclaiming King Charles III as the new monarch on September 11, 2022 in Edinburgh, Scotland. King Charles III ascended the throne of the United Kingdom on the death of his mother, Queen Elizabeth II on 8 September 2022. (Photo by Wattie Cheung - WPA Pool/Getty Images)

WPA Pool / Getty Images

Un manifestant anti-royaliste dans la foule lors d’une cérémonie proclamant publiquement le roi Charles III comme nouveau monarque, à Édimbourg en Écosse, le 11 septembre 2022.

ROYAUME-UNI - Après avoir été proclamé roi samedi à Londres, le roi Charles III l’a été de nouveau ce dimanche 11 septembre dans les trois autres pays constitutifs du Royaume Uni, lors de cérémonies au rituel immuable, à Édimbourg, Cardiff et Belfast. Vingt-et-un coups de canon ont ainsi été tirés dans les trois villes.

Des cérémonies qui ont connu de légers accrocs, notamment en Écosse. Comme le rapporte franceinfo, en fin de cérémonie, des républicains écossais ont notamment hué lors des saluts au roi avant de crier quelques slogans à la fin de l’hymne national. « Abolissons la monarchie ! » ou « République maintenant ! » avaient aussi été entendus peu avant, tandis qu’une femme de 22 ans a été arrêtée devant la cathédrale Saint-Gilles, alors qu’elle tenait une pancarte sur laquelle on pouvait lire « Fuck l’impérialisme. Abolir la monarchie ».

Par ailleurs, en Irlande du Nord, le parti républicain irlandais Sinn Fein est resté à l’écart de la cérémonie à Belfast au cours de laquelle Charles a été proclamé roi, sa dirigeante jugeant qu’elle était « destinée à ceux dont l’allégeance politique va à la Couronne ».

Le Sinn Fein, favorable à une réunification de l’Irlande du Nord avec la République d’Irlande, n’y a pas participé mais des responsables du parti assisteront à d’autres événements dans le cadre du deuil suivant la mort de la reine Elizabeth II, a précisé la présidente du parti Mary Lou McDonald, citée par l’agence PA.

« Nous reconnaissons le rôle très positif que la reine a joué pour faire progresser la paix »

Lundi, la vice-présidente du parti Michelle O’Neill devrait ainsi participer à une autre cérémonie à l’Assemblée pour marquer le décès de la reine.

« Le Sinn Fein présente (...) ses condoléances à l’occasion du décès de la reine Elizabeth, dont la perte est profondément ressentie par sa famille et par de nombreuses personnes dans notre société, en particulier au sein de la communauté unioniste », a dit Mary Lou McDonald.

« Nous reconnaissons le rôle très positif que la reine a joué pour faire progresser la paix et la réconciliation entre nos deux îles, et les deux traditions de notre île, pendant les années du processus de paix », a-t-elle ajouté.

Les 70 ans de règne d’Elizabeth II, décédée jeudi à 96 ans, ont été marqués par trois décennies de « Troubles » dans la province britannique entre républicains, surtout catholiques, souhaitant une réunification avec l’Irlande, et unionistes en majorité protestants, attachés au maintien au sein de la couronne. Ce conflit, avec la participation de l’armée britannique, a fait quelque 3 500 morts jusqu’à l’accord du Vendredi Saint en 1998.

Le Sinn Fein, ex-branche politique des paramilitaire de l’IRA, est arrivé en tête des élections en Irlande du Nord début mai, en vertu de quoi Michelle O’Neill doit devenir Première ministre du gouvernement local, partagé avec les unionistes. Ces derniers refusent cependant de former un exécutif en raison des contrôles post-Brexit spécifiques à la province.

En 2011, la reine était devenue la première monarque britannique à visiter l’Irlande, une visite historique interprétée comme un geste majeur en vue de la réconciliation.

L’IRA avait tué lors d’un attentat à la bombe Louis Mountbatten, cousin de la reine et mentor du futur roi Charles III, en 1979 et le Sinn Fein s’est excusé l’an dernier pour cet assassinat.

À voir également sur Le HuffPost :

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi