Publicité

Procès pour viol de Dani Alves: "Elle pouvait partir à tout moment", le témoignage de l’ancien joueur du Barça et du PSG

"Je ne suis pas un homme violent", a encore déclaré Daniel Alves durant une déposition d'une quinzaine de minutes devant le tribunal de Barcelone qui le juge depuis lundi. Il encourt une peine de neuf ans de prison. Le viol présumé dont est accusé Alves a eu lieu la nuit du 30 au 31 décembre 2022 dans une discothèque huppée de la grande métropole catalane.

>> Procès pour viol de Daniel Alves: les infos EN DIRECT

Laissant paraître par moments son émotion, Alves, qui répondait aux questions de son avocate, a affirmé avoir, a indiqué qu'il était "un client habituel" de cette discothèque. D'après ses dires, il est arrivé sur les lieux en compagnie d'un ami brésilien vers 2h30 du matin après avoir beaucoup bu.

"Je me suis mis à danser avec la plaignante", a-t-il poursuivi, assurant que la jeune femme dansait "collée à moi". "Il y avait une tension sexuelle et j'ai commencé à lui parler pour que nous allions aux toilettes", a encore déclaré Alves. En réponse à une question de son avocate, il a assuré ne pas avoir eu "du tout" à insister pour qu'elle le suive.

"Elle a mis sa main derrière mon dos et a commencé à toucher mes parties. Nous étions en train de danser, d'interagir, a décrit le Brésilien. Nous étions plus proches, elle a commencé à danser plus près de moi. C'était une danse disco typique. Elle m'a dit oui pour aller aux toilettes, je n'ai pas eu à insister. J'ai attendu un moment, pensant qu'elle ne viendrait pas, qu'elle ne voulait pas. Et quand j'ai ouvert la porte, je l'ai presque heurtée. Elle s'est mis à genoux devant moi et a commencé à me faire une fellation. J'ai baissé mon pantalon et je me suis assis sur la cuvette des toilettes. La fellation a duré pratiquement toute la durée du rapport. Ensuite, elle s'est assise devant mes jambes. (...) J'ai éjaculé en dehors de son sexe."

"A aucun moment elle ne m'a dit qu'elle ne voulait pas ou quoi que ce soit. Je ne l'ai pas giflée, je ne l'ai pas jetée à terre. Je ne suis pas un homme violent. Elle ne m'a pas dit qu'elle ne voulait pas avoir de relations sexuelles », a encore affirmé l'ancien joueur du PSG. Selon le parquet, Alves a au contraire eu alors une "attitude violente" envers la jeune femme, qu'il aurait contrainte à avoir des relations sexuelles.

Article original publié sur RMC Sport