Procès de France Télécom : un an de prison requis en appel contre l'ex-PDG

L'ancien PDG de France Télécom Didier Lombard au tribunal de Paris, le 11 mai 2022.
L'ancien PDG de France Télécom Didier Lombard au tribunal de Paris, le 11 mai 2022.

Le ministère public a requis un an de prison, dont six mois avec sursis, contre l'ancien PDG de France Télécom Didier Lombard et son ex-numéro deux. Les deux dirigeants sont accusés d'avoir « conçu et mis en place » une politique de harcèlement ayant conduit des salariés au suicide en 2007-2008. En 2019, Didier Lombard et Louis-Pierre Wenès avaient été condamnés à un an de prison, dont huit mois avec sursis, et d'une amende de 15 000 euros. Vendredi 24 juin, le ministère public a requis devant la cour d'appel de Paris une amende du même montant.

Dans un procès emblématique de la souffrance au travail, Didier Lombard et Louis-Pierre Wenès avaient été relaxés pour les faits postérieurs à 2008, une relaxe partielle aussi requise vendredi.Selon l'accusation, les deux dirigeants avaient fait du harcèlement moral « un outil industriel, de ressources humaines », pour parvenir à obtenir, via le plan Next présenté en 2006, le départ de 22 000 employés et la mobilité de 10 000 autres, sans procéder à des licenciements économiques ni mettre en place un plan de sauvegarde économique.

À LIRE AUSSIFrance Télécom : vers un droit à indemnisation plus ouvert des salariés

« La direction avait conscience qu'elle violait la loi »

La direction de l'entreprise, privatisée en 2004 et qui s'appelle désormais Orange, « savait qu'elle n'arriverait pas sans harcèlement moral à réaliser le plan Next », dont l'objectif était « irréalisable », et que ce plan provoquerait de la « casse » p [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles