Procès Daval: la piste du mari envisagée dès le début par les enquêteurs

Justine Chevalier
·2 min de lecture
Des gendarmes surveillent la maison de Jonathann Daval le 29 janvier 2018 à Gray-la-Ville - SEBASTIEN BOZON, AFP
Des gendarmes surveillent la maison de Jonathann Daval le 29 janvier 2018 à Gray-la-Ville - SEBASTIEN BOZON, AFP

Pour les gendarmes, l'implication de Jonathann Daval dans la mort de sa femme est rapidement apparue. Entendu par la cour d'assises de Vesoul ce lundi matin, le patron de la Section de recherches de la gendarmerie de Besançon, qui a mené l'enquête, a indiqué que cette hypothèse a été envisagée "dans les premières 48 heures".

Jonathann Daval s'est rendu à la gendarmerie de Gray le 28 octobre 2017 pour signaler la disparition de sa femme prétendument lors d'un jogging. Le 30 octobre, son corps avait été découvert, en partie calciné, dans un bois d'Esmoulins, à proximité du domicile du couple Daval.

"Réentendre le mari"

L'enquêteur indique que l'enquête a été menée à charge et à décharge, justifiant ainsi la période de trois mois pendant laquelle Jonathann Daval est resté libre jusqu'à son interpellation le 29 janvier 2018. Les gendarmes recueillaient "des éléments plus probants" pour justifier un placement en garde à vue et notamment les résultats des analyses et expertises réclamées dans ce dossier.

Dans le rapport des enquêteurs daté du 28 décembre 2017, soit deux mois après la mort d’Alexia Daval, les soupçons convergent tous vers le mari. Le président de la cour d'assises en a d'ailleurs fait la lecture énonçant que "l'homicide est lié à une cause personnelle". "Seul le conflit d’ordre conjugal a été mis en évidence (...) le suspect connaît la victime, ce n’est pas un prédateur sexuel", écrivent les gendarmes, évoquant un conflit "sous-jacent" expliquant l'excès de "colère" de l'agresseur.

Puis concluent: "Il serait intéressant de réentendre le mari d’Alexia Daval."

La lecture de ce rapport questionne les parties civiles. L'avocat de la famille Fouillot se demande pourquoi les enquêteurs ont mis autant de temps pour interpeller Jonathann Daval. Et notamment pourquoi l'avoir laissé participer à la marche blanche en hommage à Alexia Daval le 3 novembre et aux obsèques de la victime le 8 novembre 2017. A cette occasion, l'accusé était apparu bouleversé.

Article original publié sur BFMTV.com