Procès Bygmalion: Julien Bayou salue la condamnation de la "racaille" Nicolas Sarkozy

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Sur Twitter, le secrétaire national d'Europe Ecologie - Les Verts, Julien Bayou, a qualifié Nicolas Sarkozy de "racaille" après la condamnation de celui-ci à un an de prison ferme ce jeudi. Il a commenté son propos en fin d'après-midi sur notre antenne.

"Finalement la "racaille" c'est lui...". Julien Bayou ne s'est pas embarrassé d'un excès de précautions oratoires au moment de commenter sur Twitter la condamnation ce jeudi de Nicolas Sarkozy dans l'affaire Bygmalion portant sur le financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012. 

L'ex-président de la République a écopé d'un an de prison ferme - peine aménageable à domicile sous surveillance électronique dont il a fait appel. C'est la seconde fois que l'ancien chef de l'Etat reçoit une peine de prison ferme. Le 1er mars dernier, la 32e chambre correctionnelle du tribunal de Paris prononçait une peine de trois ans de prison dont une année ferme pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite des écoutes. Là aussi, Nicolas Sarkozy a interjeté appel. 

"Racaille" et "voyous"

Sur Twitter ce jeudi, Julien Bayou a fait référence à ces deux événements dans une première publication: "Sarkozy à nouveau condamné. Se rendra-t-il de lui même en prison lui qui était si féru de peines plancher et automatiques? Finalement la "racaille" c'est lui..."

Plus tard, le secrétaire national d'Europe Ecologie - Les Verts a même joint l'ancien premier personnage de l'Etat à un groupe de "voyous". "Je salue une justice indépendante qui ne craint pas les puissants. À la jeunesse : ces voyous ont abîmé la chose publique ; ils sont en train de disparaître, lentement mais sûrement, et nous avons besoin de vous pour les mettre à l'écart et tout reconstruire."

La "clique" des condamnés

Julien Bayou a étayé son propos sur notre antenne en fin d'après-midi: "Je pense d'abord qu'il est important qu'on puisse dire et affirmer qu'on est dans un pays où la justice est indépendante et qu'elle peut juger les puissants comme les plus faibles, et qu'il n'y a pas deux justices, avec une impunité pour les cols blancs". 

"Je voulais aussi rappeler que Nicolas Sarkozy avait durant tout son mandat fait de la lutte contre l'impunité, la délinquance, apparemment une priorité", a-t-il enchaîné: "On se rend compte qu'autour de lui et lui-même gravitait une clique de personnes qui sont depuis condamnés - les Balkany, Guéant. Lui-même, mis en cause dans de nombreuses affaires, est condamné pour la deuxième fois."

Bayou moque les "tartufferies" de la droite 

Il a toutefois acté que l'appel formulé par Nicolas Sarkozy était suspensif et qu'à ce titre ce dernier devait être traité en innocent: "Il fait appel donc il est bien sûr présumé innocent". Julien Bayou a cependant tancé dans la foulée le soutien que la droite a apporté à celui qui fut son champion sitôt la sentence connue : 

"Mais je trouve important de rappeler qu'il y a une droite qui manque de droiture, se paie de mots, des Tartuffe qui donnent des leçons aux plus pauvres, qui asphyxient le service public de la justice. Et quand l'un des leurs est condamné, on se soutient et on va jusqu'à mettre en cause la justice".

"La rigueur, la droiture, c'est dire 'soutien à l'indépendance de la justice et reconnaissance de son travail' quand elle le fait", a-t-il conclu.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Bygmalion: Nicolas Sarkozy condamné à un an de prison ferme, va faire appel

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles