Publicité

Procès de Benjamin Mendy : "Je ne suis pas son père", la sortie remarquée de son entraîneur

En août 2021, Benjamin Mendy est placé en détention provisoire suite à plusieurs plaintes pour viols à son encontre. Huit plaignantes ont évoqué des faits qui se seraient déroulés entre octobre 2018 et août 2021. Les auditions ont débuté mercredi 10 août 2022 et après les plaignantes, c'est Pep Guardiola qui a été entendu. Ce lundi 14 novembre, il s'est livré face aux juges et ses propos ont été rapportés par BFMTV. Durant une quinzaine de minutes, il a évoqué la personnalité du footballeur, avec lequel il travaille depuis le début de la saison 2017-2018. "Il y avait beaucoup d'attentes sur ses épaules", a-t-il d'abord indiqué avant d'ajouter : "C'est un très bon garçon, il est généreux... C'est un garçon vraiment drôle". Concernant les accusations dont Benjamin Mendy fait l'objet, Pep Guardiola a affirmé : "Je contrôle mes joueurs quand nous sommes ensemble à l'entraînement. Dans leur vie privée, je ne sais pas ce qu'ils font". Il précise également ne pas s'intéresser à leurs réseaux sociaux. "Je ne les suis pas, donc je ne sais pas ce qu'ils font hors des entraînements et des matchs", a-t-il déclaré avant de poursuivre : "Je ne suis pas son père". Voilà qui a le mérite d'être clair.

C'est une prise de parole qui était très attendue. Pendant plusieurs semaines, ce sont les témoignages des plaignantes de Benjamin Mendy qui se sont enchaînés. Le 7 novembre dernier, le principal concerné a été appelé à la barre. Il a d'abord (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

"Je veux le voir" : Pascal Praud reçoit un texto de sa femme en plein direct, il le lit en plateau
"J'ai arrêté de me casser la tête" : Jenifer très cash sur le nom de son nouvel album
Ayem Nour en plein "cauchemar" : accusée d'avoir enlevé son fils, elle sort du silence
Christina Applegate malade : atteinte de sclérose en plaques, elle fait une émouvante apparition avec une canne
Deux chroniqueurs de TPMP réalisent un fantasme et s'embrassent en direct… à deux reprises