Prix de l’énergie : À Paris, des centaines de boulangers dans la rue et en colère

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

ÉNERGIE - Voilà une autre profession poussée dans la rue par la crise de l’énergie. Après les bouchers en novembre dernier, des centaines de boulangers se sont rassemblés, ce lundi 23 janvier à Paris, pour demander des aides supplémentaires face à la hausse des prix de l’électricité et du gaz.

Même si la Confédération nationale de la boulangerie et boulangerie-pâtisserie (CNBPF) n’avait pas appelé à manifester, satisfaite du dialogue en cours avec le gouvernement et des dispositifs en place, plusieurs collectifs, dont le « Collectif pour la survie de la boulangerie et de l’artisanat », avaient appelé à une marche vers le ministère de l’Économie. Des centaines de boulangers ont répondu présent, baguettes à la main.

Comme vous pouvez le voir dans notre reportage vidéo en tête d’article, nous avons suivi cette marche inédite d’artisans venus des quatre coin de la France pour manifester dans la capitale. À notre micro, ils racontent leur détresse face à des factures astronomiques. Ils réclament particulièrement un élargissement du bouclier tarifaire, qui ne concerne pour le moment pas tous les artisans.

Ce dernier, qui limite la hausse des prix, est ouvert aux très petites entreprises (moins de 10 salariés et chiffre d’affaires annuel inférieur à 2 millions d’euros) dont le compteur électrique affiche une puissance de moins de 36kVA. Les boulangers en sont de fait exclus, en raison de la consommation des fours.

Une manifestation très politique

Une dizaine de députés France insoumise (dont Antoine Léaument et Danielle Simonnet) et du Rassemblement national (dont Sébastien Chenu), le député Debout La France Nicolas Dupont-Aignan et l’ancien candidat à l’élection présidentielle Jean Lassalle ont rejoint les boulangers, à la fois pour demander un élargissement du bouclier tarifaire mais aussi, pour certains, la sortie du marché européen de l’énergie.

Le collectif organisateur estime insuffisants les autres dispositifs d’aide mis en place par l’exécutif, comme l’amortisseur électricité, le guichet d’aide au paiement des factures de gaz et d’électricité, le report du paiement des impôts et des cotisations sociales ou encore la résiliation sans frais des contrats d’énergie les plus exorbitants.

Les boulangers ne sont pas les seuls à demander un élargissement des aides. La Confédération des PME les juge encore « insuffisants », peu vulgarisés et trop « segmentés » en fonction de la taille des entreprises. Le gouvernement a pourtant multiplié les aides ces derniers mois et encore début janvier en limitant le prix de l’électricité à 280 euros le mégawattheure pour les très petites entreprises (TPE) en 2023.

La CPME a salué l’initiative du géant pétrolier TotalEnergies qui s’est engagé la semaine dernière à permettre aux PME de renégocier leur contrat pour parvenir à ce prix, invitant les autres fournisseurs à faire de même.

Les énergéticiens étaient par ailleurs reçus lundi après-midi au ministère à Bercy. À l’issue de cette réunion, TotalEnergies a indiqué qu’il contribuerait au dispositif visant à protéger les TPE à hauteur d’un rabais de 100 euros le MWh.

Pour faire face à la hausse des prix, des méthodes radicales sont de plus en plus envisagées par les entreprises, boulangers en tête. À Marseille, la CGT-Energie a même évoqué la possibilité de procéder à une « manipulation sur le compteur » pour que les boulangers puissent bénéficier de fortes réductions sur leur facture.

« On a la capacité technique de le faire, sans mettre en danger les biens ni les personnes », a confié à l’AFP son secrétaire général Renaud Henry, sans donner plus de précisions sur la manière de procéder qui serait toutefois « complètement illégale ».

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi