Publicité

Prix de l’électricité : les factures vont augmenter entre 8,6 et 9,8 % au 1er février

Bruno Le Maire sur le plateau de TF1 le 21 janvier 2024.
Bruno Le Maire sur le plateau de TF1 le 21 janvier 2024.

ÉCONOMIE - L’augmentation était attendue, Bruno Le Maire l’a confirmée. Le ministre de l’Économie a annoncé ce dimanche 21 janvier sur le plateau de TF1 que les prix de l’électricité allaient augmenter de 9,8 % sur les tarifs heures pleines/heures creuse au 1er février prochain.

Pour économiser de l’énergie chez soi par temps froid, voici les astuces faciles d’une experte de l’ADEME

« Sur les tarifs de base, (l’augmentation sera de) 8,6 % », a ajouté le ministre. « Pour 97 % des ménages français, l’augmentation sera sous les 10 % comme je m’y étais engagé », a-t-il également souligné.

Par exemple, poursuivi Bruno Le Maire, « cela veut dire que pour un ménage qui ne se chauffe pas à l’électricité, ce sera 5 euros par mois. Pour un ménage qui se chauffe à l’électricité, qui a deux enfants, une maison individuelle, ce sera en moyenne 18 euros par mois ».

Hausse de la TICFE

« C’est une décision difficile », assure le ministre. Et de justifier : « C’est une décision nécessaire pour garantir notre capacité d’investissement dans de nouvelles capacités de production électrique et pour sortir du quoi qu’il en coûte » instaurée pendant la pandémie de Covid.

« C’est la dernière hausse de cette taxe sur l’année 2024, la prochaine sera au 1er février 2025. Nous reviendrons à la situation qui était celle avant le bouclier tarifaire, nous faisons les choses progressivement », complète-t-il, insistant sur la nécessite de « protéger nos finances publiques ».

La taxe en question est la taxe intérieure de consommation finale sur l’électricité (TICFE), qui avait été réduite à 1 euro par mégawattheure (MWh) pendant la crise liée notamment à la guerre en Ukraine, contre 32 euros avant. Dans la loi de finances pour 2024, la TIFCE avait été plafonnée à 22,54 euros par MWh soit une augmentation des factures de maximum 10 %. La hausse annoncée par Bruno Le Maire se situe donc juste en dessous de ce plafond.

Pour environ 400 000 abonnés particuliers ayant souscrit une option dite « effacement jour de pointe », le tarif augmentera de 10,1%. Ces abonnés paient un tarif plus avantageux mais s’engagent en échange à réduire leur consommation les jours où la consommation nationale est très importante, par jours de grand froid par exemple.

Pour les petites entreprises et abonnés non résidentiels, la hausse sera de 5,2 à 8% selon les contrats.

À voir aussi sur Le HuffPost :

Face aux agriculteurs en colère, le RN et le gouvernement se disputent la place de meilleur allié du monde rural

Les femmes ont toujours été moins bien traitées que les hommes, et cela expliquerait leur différence de taille