Publicité

Prince Harry : cette somme rondelette qui va renflouer son compte en banque

Le duc de Sussex a obtenu gain de cause ! Vendredi 9 février 2024, après des mois d’attente, la Haute Cour de Londres a estimé que le prince Harry avait bien été victime de piratage téléphonique. En effet, le juge Timothy Fancourt a jugé que le Mirror Group Newspapers, qui possède parmi ses titres le Daily Mirror, s’était livre à un piratage de la messagerie téléphonique du fils de Charles III entre 2003 et 2009 et que ses titres avaient usé de piratage "à grande échelle" entre 2006 et 2011. Ainsi, le tabloïd britannique a été condamné à verser 163 700 euros de dommages et intérêts au prince Harry. Après le verdict, le Mirror Group Newspapers a déclaré : "Lorsque des fautes historiques ont été commises, nous présentons des excuses sans réserve, nous assumons l'entière responsabilité et nous versons des indemnités". Devant le tribunal, c’est par le biais d’un communiqué lu par son avocat, David Sherborne, que le prince Harry s’est exprimé. "Comme l'a dit le juge ce matin, nous avons découvert et prouvé la façon scandaleusement malhonnête dont le groupe Mirror a agi pendant de nombreuses années et a ensuite cherché à dissimuler la vérité", a-t-il déclaré. Pointant du doigt le journaliste Piers Morgan, rédacteur en chef du Daily Mirror à l’époque des faits, celui-ci a glissé : "À la lumière de tout cela, nous appelons à nouveau les autorités à faire respecter l'État de droit et à prouver que personne n'est au-dessus (...)

Lire la suite sur Closer

Beauté : ces erreurs de make-up qui font des traits fatigués
Charles III atteint d’un cancer : ces événements écoeurants qui consternent la famille royale
Pénis coupé et jambe gelée... Coup de filet retentissant dans un réseau qui fait froid dans le dos
Cancer de Charles III : la véritable raison pour laquelle le roi n’a vu Harry que 45 minutes dévoilée ?
Cette coupe de cheveux incontournable avec un visage rectangulaire