Le prince Harry révèle s'être tourné vers l’alcool et la drogue pour oublier la mort de Lady Di

·2 min de lecture
Le prince Harry - Apple Tv
Le prince Harry - Apple Tv

Alcool à outrance, drogues... Le prince Harry raconte, pour la toute première fois, comment il a tenté d'atténuer la douleur liée à la perte de sa mère, la princesse Diana, morte en 1997.

Le duc de Sussex et époux de Meghan Markle se confie sur cette période difficile de sa vie au cours d'un entretien inédit diffusé ce vendredi. Celui-ci est extrait de la série documentaire sur la santé mentale, The Me You Can’t See, qu’il a co-créé avec Oprah Winfrey pour AppleTv+. La reine de la télé américaine est aussi celle qui mène l'interview. Harry y dévoile s'être tourné vers l'alcool et la drogue et avoir fait de nombreuses crises d'angoisse, durant sa vingtaine et jusqu'au début de sa trentaine.

"De mes 28 à mes 32 ans, cela a été une période cauchemardesque de ma vie", révèle-t-il. "J’étais décidé à boire, j’étais décidé à prendre de la drogue, j'étais décidé à essayer toutes les choses qui pouvaient me faire oublier tout ce que je ressentais".

"Mais je me suis rendu compte au fil du temps que même si je ne buvais pas du lundi au vendredi, je buvais probablement l’équivalent d’une semaine en une journée un vendredi ou un samedi soir", poursuit-il. "Et je me retrouvais à boire, non pas parce que j’en profitais, mais parce que j’essayais de dissimuler quelque chose".

"Tellement en colère"

Harry précise qu'à ce moment, il ne réalisait pas que ses actions étaient une tentative de bloquer ses émotions. "Mon cerveau me disait que j'étais en train de lutter? Je ne le savais pas. Comment aurais-je pu le savoir?", demande-t-il.

Le frère de William n'avait que 12 ans lorsque sa mère, Diana Spencer, est morte dans un accident de voiture à Paris, alors qu'elle était poursuivie par des paparazzis. "J’étais tellement en colère contre tout ce qui lui est arrivé et le fait qu’il n’y ait absolument aucune justice du tout", dit Harry, qui estime que le décès de sa mère a affecté toute son existence, de sa relation avec Meghan à ses relations personnelles au sein de la famille royale britannique.

Dans cette série, Harry détaille également comment sa thérapie, entamée il y a plus de quatre ans, lui a permis de "briser le cycle" et ne pas revivre ce qu'avaient subi son père et surtout sa mère. "C'est (sa) rencontre, puis (sa) relation avec Meghan" qui l'a poussé à chercher une issue aux troubles psychologiques qui le tourmentaient depuis le décès de Diana. "Je savais que si je n'entamais pas une thérapie pour aller mieux, j'allais perdre cette femme avec qui je me voyais passer le reste de ma vie."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles