Publicité

Primaires, procès, présidentielle... Le calendrier surchargé de Donald Trump en 2024

Donald Trump, ex-président, candidat et quatre fois inculpé, s'apprête à vivre une année 2024 complètement hors norme. Ce lundi, la juge Tanya Chutkan, a annoncé que l'homme de 77 ans sera jugé à partir du 4 mars 2024 par un tribunal fédéral à Washington pour ses tentatives d'inverser le résultat de l'élection de 2020. Voici un aperçu de son calendrier en 2024, entre élections, procès et convention républicaine.

Premières primaires dès janvier

Le septuagénaire débutera son année folle dans l'Iowa. Ce petit État du Midwest organisera le 15 janvier les premières primaires républicaines de 2024, cycle qui pourrait s'étirer jusqu'en juin, lui donnant un poids surdimensionné dans les élections américaines.

L'État du New Hampshire, frontalier du Canada, doit lui aussi organiser son scrutin avant février, mais la date n'a pas encore été officialisée.

Inculpé au pénal quatre fois en moins de six mois, Donald Trump écrase paradoxalement toute la concurrence dans la course à l'investiture républicaine. L'ex-président est actuellement autour de 53% dans les enquêtes d'opinion selon l'agrégateur RealClearPolitics, loin devant le deuxième, Ron DeSantis, à 13%.

Case procès en mars

Le milliardaire républicain conservera-t-il une telle avance après le début de ses procès? Une juge a fixé lundi au 4 mars la date de son procès à Washington pour ses pressions électorales en 2020, soit la veille d'une des plus grosses échéances des primaires républicaines: le "Super Tuesday".

Une quinzaine d'États, dont le Texas, la Californie et le Colorado, organisent simultanément leurs primaires lors de cette grande journée électorale.

Seulement trois semaines plus tard, Donald Trump aura de nouveau rendez-vous avec la justice. Son procès à New York pour des paiements suspects à une ancienne actrice de films X s'ouvrira le 25 mars.

Floride en mai

Le 20 mai 2024, direction la Floride. C'est dans cet État du sud-est que sera organisé le troisième procès de l'ex-président en moins de trois mois, pour sa gestion présumée négligente de secrets d'État après son départ de la Maison Blanche.

Un quatrième procès n'est pas à exclure cette année-là: Donald Trump est également poursuivi en Géorgie, là où sa photo d'identité judiciaire déjà célèbre a été prise la semaine dernière. La procureure dans ce dossier, lui aussi lié à la présidentielle de 2020, a réclamé un procès en 2024.

Convention républicaine en juillet

Après plus d'un an d'une campagne intense et probablement très acrimonieuse, le parti républicain nommera officiellement son candidat à la présidentielle lors de sa convention, mi-juillet à Milwaukee (Wisconsin).

Organisées tous les quatre ans à quelques mois de l'élection, ces deux grand-messes politiques marquent le coup d'envoi officiel de la campagne entre les deux partis. Donald Trump aura-t-il gardé une mainmise assez forte sur son parti pour être intronisé?

Déjà fort du soutien officiel du Parti démocrate, le président sortant Joe Biden devrait, sauf énorme surprise, être désigné en août à Chicago comme le candidat officiel de son parti.

Présidentielle en novembre

Des dizaines de millions d'électeurs américains se rendront aux urnes le 5 novembre pour choisir le prochain locataire de la Maison Blanche.

Les États-Unis assisteront-ils donc à un remake de la présidentielle de 2020, entre Donald Trump et Joe Biden?

Le pays n'a jamais élu un président inculpé. Mais Donald Trump pourrait une nouvelle fois, avec fracas, marquer l'histoire du pays.

Article original publié sur BFMTV.com