Publicité

La presse américaine lâche la BD “Dilbert” après les propos controversés de son auteur

Les lecteurs de la presse américaine ne devraient plus croiser Dilbert, sa chemise blanche à manches courtes et ses lunettes rondes dans les pages de leur quotidien préféré. “Zéro”, a répondu Scott Adams, le créateur de cette courte bande dessinée moquant le monde de l’entreprise, quand le Washington Post lui a demandé samedi combien de journaux publiaient encore son travail.

Dilbert, lancé en 1989, est victime de ses propos jugés racistes dans l’émission Real Coffee with Scott Adams sur YouTube. Mercredi, fâché d’apprendre le résultat d’un sondage dans lequel 26 % d’Américains noirs se disaient en désaccord avec la formule “c’est ok d’être blanc”, l’auteur de 65 ans a qualifié les noirs de “groupe haineux” et conseillé aux Américains blancs de ne pas s’en approcher, rapporte Axios. Il a aussi estimé que les africains-américains ne se concentraient pas suffisamment sur l’éducation.

Dans la foulée, des centaines de quotidiens ont annoncé qu’ils cesseraient de publier ses dessins. Cela n’a pas été “une décision difficile”, a expliqué le Cleveland Plain Dealer. “Nous ne sommes pas un lieu d’accueil pour ceux qui approuvent le racisme. Nous ne souhaitons certainement pas leur apporter un soutien financier”, dit encore le communiqué. “Bien que nous respections et encouragions la liberté d’expression, ses vues ne correspondent pas à nos valeurs éditoriales et commerciales”, a justifié le quotidien Arizona Republic.

Samedi, M. Adams a évoqué sa situation dans son émission. “Ma réputation est détruite pour le reste de ma vie. On ne revient pas d’une chose pareille, non ? ”, s’est-il interrogé. Mais le Post souligne que son image a déjà souffert d’autres propos polémiques ces dernières années. En 2019, il avait dû s’excuser après avoir profité d’une fusillade pour promouvoir une application. Il a aussi suggéré que les Américains avaient subi un lavage de cerveau pour soutenir l’Ukraine. Alors que Joe Biden envisageait de nommer en janvier 2022 Ketanji Brown Jackson à la Cour suprême, l’auteur a tweeté qu’il s’identifiait à une femme noire parce qu’il voulait le poste.

[...] Lire la suite sur Courrier international