Présidentielle américaine : des appels de robots pour dissuader d'aller voter, le FBI enquête

·2 min de lecture
Agent propagateur de fake news ? (Crédits David Odisho/Bloomberg)
Agent propagateur de fake news ? (Crédits David Odisho/Bloomberg)

Plusieurs millions d’appels ont été passés mardi aux Etats-Unis, pour inciter les gens à “rester chez eux”. Le Federal Bureau of Investigation (FBI) a ouvert une enquête sur ces mystérieux messages.

“Soyez prudents et restez chez vous” : voilà le message lapidaire que plusieurs millions d’Américains ont pu écouter, ce mardi 3 novembre. Une voix robotisée, aucune référence directe aux élections en cours, mais un énorme doute quant aux origines de ces messages. Une enquête a donc été ouverte.

“Allez voter demain (mercredi)”

“ Nous avons reçu des plaintes concernant les robocalls visant des personnes à Flint (Michigan)“, a ainsi indiqué Kristen Clarke, présidente de l’association Lawyers’ Committee for Civil Rights Under Law. Sur Twitter, la procureur générale du Michigan, Dana Nessel, a été plus loin : “Nous avons des rapports indiquant que des messages robotisés disent aux citoyens de Flint qu’à cause de longues files d’attente, ils devraient aller voter demain. Evidemment, cela est faux et constitue une tentative d’obstacle au vote (...) Faites entendre votre voix !”

Des origines étrangères ?

De son côté, la ligne d’assistance téléphonique pour la protection des élections (The Election Protection Hotline) a également confirmé avoir reçu des signalements d’appels robotisés le jour du scrutin. Au total, ce sont plus de trois millions d’appels qui auraient été passés. En conséquence de quoi le FBI a ouvert une enquête pour découvrir leur origine, rapporte le Washington Post.

Alex Quilici est le PDG de YouMail, une compagnie qui se spécialise dans la filtration de contenu indésirable. Son entreprise a découvert que les appels pourraient être d’origine étrangère et ont pu s’attaquer à 280 des 317 indicatifs régionaux des États-Unis. “Tout cela prouve qu’il peut être difficile de réagir rapidement dans une campagne constituée de nombreux appels”, a expliqué Alex Quilici au Journal du Québec. Reste à savoir si cela pourrait avoir un impact sur le résultat final.

Ce contenu peut également vous intéresser :