Publicité

Selon Prescrire, ces médicaments sont plus dangereux qu'utiles

La revue Prescrire a identifié 105 médicaments plus dangereux qu'utiles dans toutes les indications figurant dans leur autorisation de mise sur le marché.

Par rapport à l'année dernière, des médicaments ont été ajoutés et d'autres retirés (Getty Images)

Une nouvelle fois, la revue Prescrire publie sa liste des médicaments plus dangereux qu'utiles. "Le plus souvent, quand un traitement médicamenteux paraît souhaitable, d'autres options ont une meilleure balance bénéfices-risques que ces médicaments à écarter. Et dans certaines situations, l'option la plus prudente est de ne pas recourir à un médicament", explique Prescrire.

Avant de compléter : "Même en situation d'impasse thérapeutique dans une maladie grave, il n'est pas justifié d'exposer les patients à des effets indésirables graves quand l'efficacité clinique n'est pas démontrée".

Carton rouge pour 105 médicaments

Par rapport à l'année dernière, des médicaments ont été ajoutés et d'autres retirés à cette liste. "Fin 2023, parmi les médicaments autorisés en France ou dans l'Union européenne qui ont été analysés par Prescrire entre 2010 et 2023, 105 médicaments sont plus dangereux qu'utiles dans toutes les indications figurant dans leur AMM, dont 88 sont commercialisés en France", détaille la revue.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "Nous sommes parmi les pays qui consomment le plus d’antibiotiques. C’est une catastrophe"

Parmi les médicaments ajoutés à la liste de ceux qu'il est recommandé d'écarter, Prescrire pointe le tériflunomide (Aubagio ou autre). Cet immunodépresseur autorisé dans la sclérose en plaques avait été écarté en 2023 afin d’évaluer sa balance bénéfices-risques chez les enfants à partir de 10 ans. "L'analyse des données d'évaluation clinique a montré que, chez les enfants aussi, la balance bénéfices-risques du tériflunomide est défavorable. Il figure donc, à nouveau, parmi les médicaments à écarter des soins pour mieux soigner", annonce Prescrire.

Des médicaments plus commercialisés

Trois autres médicaments ont été retirés du bilan : fenfluramine, pholcodine et tixocortol buccal. La fenfluramine a été retirée à cause d'une balance bénéfices-risques suite à une nouvelle indication autorisée, le syndrome de Lennox-Gastaut chez les enfants. "Elle reste à écarter en ajout à un traitement antiépileptique dans le syndrome de Dravet, une forme rare et grave d’épilepsie infantile", ajoute la revue. Concernant la pholcodine et le tixocortol, ces deux médicaments ont été retirés du bilan parce qu'il ne sont plus commercialisés ni en France, ni en Belgique ni en Suisse.

La revue Prescrire s'est également intéressée à l'idébénone (Raxone). Ce dernier avait été retiré du bilan l'année dernière pour réévaluer sa balance bénéfices-risques. "Après réévaluation, Prescrire a conclu que "sa balance bénéfices-risques était incertaine, et non plus défavorable." Le retrait de l'idébénone est maintenu.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "Attention, il faut prendre le paracétamol uniquement pendant les repas car pris entre les repas, il peut provoquer la destruction fulgurante du foie"