Publicité

Un premier navire d’aide prêt à embarquer pour Gaza

Un navire chargé d’aide humanitaire se prépare à prendre la mer à destination de la bande de Gaza, “dans un contexte de vive inquiétude internationale alors que les conditions dans le territoire continuent de se détériorer”, rapportait The Guardian samedi 9 mars.

Le navire espagnol Open Arms, transportant “une aide humanitaire désespérément nécessaire”, devrait partir ce week-end de Larnaca, à Chypre, le pays de l’Union européenne le plus proche de l’enclave palestinienne, détaille la BBC.

L’organisation caritative américaine World Central Kitchen a indiqué qu’elle chargeait l’aide à bord. “Les équipes de World Central Kitchen sont à Chypre pour charger des palettes d’aide humanitaire sur un bateau en partance pour le nord de Gaza”, a déclaré l’organisation. “Nous nous préparons depuis des semaines, avec notre partenaire ONG de confiance Open Arms, à l’ouverture d’un corridor d’aide maritime qui nous permettrait d’intensifier nos efforts dans la région”, a-t-elle ajouté.

“Les efforts visant à établir un corridor maritime humanitaire à Gaza progressent, et notre remorqueur est prêt à embarquer à tout moment, chargé de tonnes de nourriture, d’eau et de fournitures vitales pour les civils palestiniens”, a pour sa part déclaré Open Arms sur X.

L’expédition sera en effet la première vers la bande de Gaza le long d’un corridor maritime que la Commission européenne espère voir ouvert d’ici dimanche, explique The Guardian.

Questions en suspens

Toutefois, “comme il n’y a pas de port opérationnel et que les eaux sont peu profondes, on ne sait pas encore où le navire accostera lorsqu’il atteindra Gaza”, prévient la BBC.

L’organisation World Central Kitchen a fait savoir qu’elle prévoyait de remorquer une barge chargée de provisions pour la population de la bande de Gaza. Mais, remarque The Guardian, on ne sait pas où iront les premières cargaisons, si elles seront soumises à l’inspection d’Israël ou qui distribuera l’aide.

Au-delà, s’inquiète The Guardian, “il est difficile de savoir dans quelle mesure le corridor maritime prévu soulagera la crise humanitaire” à Gaza, “où les conditions humanitaires désastreuses, plus de cinq mois après le début de la guerre entre Israël et le Hamas, ont conduit certains pays à larguer de la nourriture et d’autres formes d’aide par voie aérienne”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :