Publicité

Le premier décès lié au virus Alaskapox soulève des questions sur sa transmission et son origine

Un homme de la péninsule de Kenai, en Alaska, est mort après avoir été contaminé par le virus Alaskapox. Ce cas soulève des questions sur la propagation et l'origine de ce virus émergent, découvert en 2015.

L'Alaskapox (AKPV), un orthopoxvirus de la même famille que la variole, la vaccine et le mpox (monkeypox), est la dernière espèce décrite dans la famille des Poxviridae. Jusqu'à présent, sept infections à l'AKPV ont été rapportées au Bureau de l'épidémiologie de l'Alaska (SOE), depuis sa découverte près de Fairbanks, en Alaska, en 2015.

Connu pour infecter principalement les petits mammifères, notamment les campagnols à dos rouge, des traces d'infections antérieures ont cependant été retrouvées chez au moins un animal domestique lié à un patient. L'étendue de la distribution géographique de l'AKPV et de ses réservoirs animaux reste inconnue.

Ce virus est normalement considéré comme relativement peu dangereux. Il peut entraîner le développement de lésions cutanées localisées, de douleurs musculaires ou articulaires, de lymphadénopathie (inflammation des ganglions lymphatiques). Dans certaines circonstances néanmoins, il apparaît comme pouvant être mortel.

Le premier cas mortel du virus Alaskapox

En effet, à la mi-septembre 2023, un homme âgé de la péninsule de Kenai, sur la côte méridionale de l'Alaska aux États-Unis, est décédé après avoir été infecté par l'Alaskapox. Cet homme, présentant des antécédents d'immunosuppression induite par des médicaments suite à un traitement contre le cancer, avait remarqué une papule rouge douloureuse dans son aisselle droite.

Au cours des 6 semaines suivantes, il s'est présenté à plusieurs reprises à son médecin traitant et au service des urgences local pour une évaluation clinique de la lésion et s'est vu prescrire plusieurs traitements antibiotiques. "Les lésions sont d’apparence assez inhabituelles dans le cas de ce virus. Je pense que la plupart des médecins trouveraient cette éruption "bizarre", et ne feraient pas le diagnostic s'ils n'ont pas entendu ou ne pensent pas au virus de la variole", précise le Dr Ben Westley, spécialiste des maladies infectieuses, au journal Alaska Public Media.

Image fournie par le ministère de la Santé de l\'Alaska montrant plusieurs lésions d\'Alaskapox. \
Image fournie par le ministère de la Santé de l\'Alaska montrant plusieurs lésions d\'Alaskapox. \

Image fournie par le ministère de l[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi