Publicité

Premier clonage réussi d'un singe rhésus

Des scientifiques chinois ont réussi à cloner un macaque rhésus, aujourd'hui âgé de deux ans et en bonne santé, en peaufinant la technique qui avait donné naissance à la brebis Dolly en 1996, selon une étude publiée mardi 16 janvier 2024.

Les primates sont particulièrement difficiles à cloner et les scientifiques ont affronté des années d'échec avant d'aboutir. Ils espèrent que leur nouvelle technique, qui utilise le placenta, mènera à la création de singes rhésus identiques, à des fins de recherche médicale.

Plus de 20 mammifères différents clonés depuis Dolly

Depuis que la brebis Dolly a été clonée par la technique de transfert nucléaire de cellules somatiques (SCNT) en 1996, plus de 20 mammifères différents ont été créés grâce à ce processus : chiens, chats, porcs et bovins.

Mais ça n'est que vingt ans plus tard que les scientifiques ont réussi à cloner le premier primate. Une paire de macaques crabiers génétiquement identiques, nommés Hua Hua et Zhong Zhong, sont ainsi nés par SCNT en 2018 à l'Institut des neurosciences de l'Académie chinoise des sciences à Shanghai, dirigé par Qiang Sun, premier auteur de l'étude parue dans la revue Nature Communications.

Une percée scientifique, même si moins de 2% des macaques crabiers clonés étaient vivants à la naissance. Toutes les tentatives de cloner des singes rhésus (Macaca mulatta, une espèce qui a donné son nom au système de groupe sanguin) avaient par ailleurs échoué.

Clonage humain "extraordinairement difficile"

L'équipe de l'Institut chinois a enquêté sur les raisons de cet échec. Et en a identifié la cause principale : les placentas fournissant des nutriments nécessaires à la croissance des embryons clonés présentaient des anomalies par rapport aux placentas issus de la fécondation in vitro de singes non clonés.

Photo diffusée le 16 janvier 2024 par Nature Communications du macaque rhésus cloné, baptisé Retro, prise en 2023 à l'Institut des neurosciences de l'Académie chinoise des sciences à Shanghai (Nature Communications/AFP - Qiang Sun)
Photo diffusée le 16 janvier 2024 par Nature Communications du macaque rhésus cloné, baptisé Retro, prise en 2023 à l'Institut des neurosciences de l'Académie chinoise des sciences à Shanghai (Nature Communications/AFP - Qiang Sun)

Les chercheurs ont donc remplacé les cellules du futur placenta, appelées trophoblaste, par celles d'un embryon sain et non cloné. Cette technique "a considérablement amélioré le taux de réussite du clonage pa[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi