Le premier Biopod, une serre terrestre et spatiale autonome, vient d'être dévoilé

Sylvie Rouat

Le congrès international d'astronautique (IAC) qui s'est tenu à Paris cette semaine a été l'occasion pour la start-up française Interstellar Lab de présenter son premier BioPod, une sorte de serre étanche et autonome qui permet de recréer les paramètres idéaux pour faire pousser des plantes sur la Terre, dans l'espace et sur la Lune...

L’ambiance était à la fête ce 20 septembre 2022 à Ivry-sur-Seine dans les locaux de la start-up française Interstellar Lab, qui a dévoilé ce soir-là son tout premier BioPod, assemblé en quelque six mois par une jeune équipe d’ingénieurs, d’informaticiens et d’agronomes enthousiastes. Biopod, c’est le nom d’une sorte de serre fermée, une structure étanche et autonome de 55 m2 qui permet de recréer les paramètres idéaux permettant de faire croître des plantes. Ce système autonome devrait permettre un jour de nourrir les habitants d’une base lunaire ; ou dans un avenir plus proche de fournir à l’industrie pharmaceutique de précieuses molécules de plantes et aux parfumeurs des essences plus concentrées.

Arche végétale et aéroponie

Cette arche végétale, au design futuriste, est la concrétisation du projet visionnaire de Barbara Belvisi, 37 ans, qui a d’abord travaillé au financement de jeunes pousses du hardware (conception de matériel informatique). En 2018, elle décide de changer de vie, avec la volonté désormais de "résoudre les problèmes de la planète tels la gestion de l’eau ou la production alimentaire". Car, comme l’a rappelé Barbara Belvisi lors de cette soirée inaugurale, un quart des émissions de gaz à effet de serre, facteurs du changement climatique en cours, provient de l’agriculture traditionnelle actuelle. Par ailleurs, deux tiers de l’eau douce mondiale est destinée aujourd’hui à l’agriculture. A l’horizon 2050, cette utilisation devrait augmenter de 15%.

Autre solution plus durable, utilisée notamment par les nouvelles "fermes verticales" : l’aéroponie. Installées dans des bacs sans substrat, les racines des plantes sont régulièrement vaporisées d’un fin brouillard d’eau enrichi de substances nutritives (azote, oligoéléments, etc.). Il s’agit ensuite d’ajuster, dans cet environnement hors-sol, les conditions de lumière, de température, de CO2 et d’humidité, qui varient selon l’heure du jour ou de la nuit, de la saison et du climat, en fonction des plant[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi