Première rencontre patronat-syndicat sur le pacte de responsabilité

Libération.fr
Le Medef fait partie des organisations patronales qui ont corédigé le projet d'accord.

Réunis au siège du Medef, les deux parties évoqueront les contreparties à apporter aux 30 milliards d'euros de baisse de charges promis par le gouvernement.

Deux mois après son lancement par François Hollande, le pacte de responsabilité, bouée de sauvetage du gouvernement face à la déferlante du chômage, prend corps vendredi avec la première rencontre entre le patronat et les syndicats.

Après l’échec de l’inversion de la courbe du chômage fin 2013 et la déception de voir en janvier près de 9 000 nouveaux demandeurs d’emploi grossir les rangs des chômeurs, le gouvernement considère le pacte comme une «clé» pour relancer l’emploi, selon les termes du Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

La discussion vendredi est axée sur les «contreparties» en terme d’emploi que pourraient concéder les entreprises en échange de 30 milliards d’euros de baisse de charges promis par le gouvernement.

Cette première rencontre, qui réunit au siège du Medef les représentants de trois organisations patronales (Medef, CGPME, UPA) et de cinq syndicats (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC), devrait bâtir un «cadre et un calendrier», selon des participants.

A lire aussi Notre décryptage, le pacte mode d'emplois

Issue incertaine

L’issue reste incertaine: «Il en sortira soit un relevé de discussions, soit, mieux, une déclaration commune, soit ... rien du tout! ce qui serait alors un échec», résume un syndicaliste. «On peut se mettre d’accord sur une méthode de travail», affirme à l’AFP Pierre Burban, secrétaire général de l’UPA (artisans).

Tout en refusant de prendre des engagements chiffrés en terme d’embauche, le Medef met sur la table des propositions qui ouvrent notamment la voie à une «mobilisation des branches» professionnelles, chacune définissant «son implication» en faveur de l’emploi. Cette ouverture pourrait constituer un point d’accord avec les syndicats réformistes -CFDT, CFTC- favorables au pacte.

Toutefois, la CFDT pose ses «conditions» et réclame des contreparties «concrètes et (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Le «pacte», mode d’emplois
Une obligation de résultat
Des objectifs louables, difficilement coercitifs
Le «pacte», mode d’emplois
L’agrobusiness attaque le Sénégal