Le prêtre volait sa paroisse pour financer ses orgies sous GHB

·1 min de lecture
Le prêtre, reconnu et respecté, aurait volé les dons de fidèles pour financer un réseau de drogue lié à des orgies.

Un prêtre italien, installé en Toscane, a reconnu avoir fourni des drogues pour les besoins de parties fines, d'après une enquête du « Times ».

L'affaire fait mauvais genre à Prato, une ville toscane non loin de Florence. D'après une enquête du Times, un prêtre de l'Église catholique a été arrêté et assigné à résidence pour un délit financier. Et pas n'importe lequel : Francesco Spagnesi est accusé d'avoir volé 100 000 euros dans les caisses de sa paroisse pour se procurer des drogues utilisées lors d'orgies. Le prêtre de 40 ans a reconnu avoir fourni du GHB, dite « la drogue du viol », lors de parties fines, mais nie avoir pioché dans les caisses de sa paroisse.

Pour l'heure, les autorités italiennes interrogent 200 personnes ayant participé à ces fameuses soirées. Le suspect vivait en colocation avec un autre homme, son complice. Ce dernier a été dénoncé par une source anonyme, qui a révélé à la police qu'il avait importé un litre de GHB des Pays-Bas. Cette drogue de synthèse est courante dans certaines soirées « chem-sex », où des gays s'adonnent à des activités sexuelles, ledit produit ayant des effets secondaires euphorisants.

À LIRE AUSSI« Au Vatican, les prêtres draguent activement - comme tout le monde »

Des volontaires contactés sur des sites de rencontres

D'après le Times, des pipes à crack artisanales ont été retrouvées au domicile du prêtre et de son colocataire lors d'une perquisition. L'organisation du trafic était rodée : le père Spagnesi et son complice s'étaient inscrits sur un site de rencontres pour attirer des convives à leurs soirées libertines, où ceux-ci se voyaient proposer les [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles