Publicité

"On est prêt à ressortir": Jérôme Bayle met la pression sur l'exécutif avant le salon de l'agriculture

"On est toujours dans le flou et on ne va pas le supporter longtemps". Jérôme Bayle, un des leaders du mouvement de contestation des agriculteurs, a mis la pression sur l'exécutif au micro de BFMTV ce lundi 12 février, à moins de deux semaines du salon de l'agriculture.

En cause: l'avancement des mesures annoncées par le gouvernement, un processus dans lequel les agriculteurs veulent prendre leur part. "Ils ont intérêt à tenir parole", avertit Jérôme Bayle, avant de menacer:

"Si on nous balade, on n'hésitera pas à ressortir très rapidement."

"Il faut mettre tous les pions pour avancer"

Comme Arnaud Rousseau, le patron de la FNSEA - avec lequel il s'est entretenu dans la matinée - Jérôme Bayle regrette que les représentants des agriculteurs ne soient pas davantage associés:

"Si on fait de l'urgence, il faut mettre tous les pions pour avancer et là je trouve qu’ils nous écartent un peu", dit celui qui s'est imposé comme une des figures médiatiques du mouvement, après avoir lancé, avec d'autres, le premier barrage routier des agriculteurs.

Fin janvier, le Premier ministre Gabriel Attal était venu à Montastruc-de-Salies (Haute-Garonne) pour annoncer une batterie de premières mesures. L'éleveur se félicitait alors d'avoir "gagné" sur trois dispositions: l'abandon de la hausse de la taxe sur le gazole non routier (GNR), l'irrigation et les aides pour les éleveurs face à la maladie hémorragique épizootique (MHE).

"Plus trop de nouvelles" d'Attal

Aux côtés du chef du gouvernement, il avait annoncé la levée du barrage autoroutier de l'A64 - le premier de la contestation - dont il était l'initiateur. Sans que le mouvement ne faiblisse, la FNSEA appelant, elle, à le poursuivre.

Avec Gabriel Attal, "on s'est parlé après, mais là je n'ai plus trop de nouvelles depuis quelques jours", précise Jérôme Bayle sur BFMTV. Tout en observant que cela vaut également pour Arnaud Rousseau, qui n'a "plus de nouvelles", depuis une "dizaine ou une quinzaine de jours", selon lui.

La situation devrait néanmoins évoluer: Gabriel Attal va recevoir ce mardi 13 février à 15h30 la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs, en compagnie du ministre de l'Agriculture Marc Fesneau et de sa ministre déléguée Agnès Pannier-Runacher.

Article original publié sur BFMTV.com