Présidentielle: Pécresse propose de supprimer les taxes sur les successions jusqu'à 200.000 euros

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
La candidate LR à l'élection présidentielle Valérie Pécresse lors d'un meeting le 13 janvier 2022 à Besançon - SEBASTIEN BOZON © 2019 AFP
La candidate LR à l'élection présidentielle Valérie Pécresse lors d'un meeting le 13 janvier 2022 à Besançon - SEBASTIEN BOZON © 2019 AFP

Valérie Pécresse, la candidate Les Républicains (LR) à la présidentielle, propose si elle est élue d'exonérer de taxes les successions jusqu'à 200.000 euros par enfant, détaille-t-elle dans un entretien dimanche au Figaro.

"Je supprime les droits de succession pour 95 % des Français", assure Valérie Pécresse.

Le programme de la candidate prévoit que chaque enfant puisse hériter de 200.000 euros de manière défiscalisée, contre 100.000 euros aujourd'hui. L'abattement serait aussi porté à 100.000 euros pour une transmission indirecte, par exemple dans le cas où "une personne hériterait de son oncle ou de sa soeur".

Défiscaliser les donations jusqu'à 100.000 euros tous les six ans

Valérie Pécresse veut également augmenter le plafond des donations du vivant des donateurs défiscalisées. Chaque parent pourrait ainsi donner 100.000 euros tous les six ans et non plus tous les quinze ans. La mesure concernerait également "chacun des petits-enfants pour permettre le saut générationnel", et serait encore de 50.000 euros pour les neveux et les fratries.

La candidate propose dans le même entretien, afin de faciliter l'accès à la propriété, de "généraliser le prêt à taux zéro pour les primo-accédants sur tout le territoire français et pas seulement dans les zones tendues". Elle détaille enfin des mesures de son programme visant à augmenter le montant des allocations familiales.

Pour financer ces mesures, Valérie Pécresse promet "toute une série de mesures d'économies", citant la retraite repoussée à 65 ans, l'assurance-chômage, ou le RSA réformé "pour sortir de la politique d'assistanat". Elle évoque aussi la réforme de l'Etat, "avec une décentralisation des compétences pour éviter les nombreux doublons administratifs et une simplification radicale des normes".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles