Présidentielle: le maire de Toulon, Hubert Falco (ex-LR), soutient Emmanuel Macron

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le maire de Toulon, Hubert Falco, ex-Les Républicains, a officiellement apporté son soutien à Emmanuel Macron lundi, dans un communiqué.

Le maire de Toulon, Hubert Falco, ex-Les Républicains, a officiellement apporté son soutien à Emmanuel Macron lundi, à huit mois de la présidentielle, expliquant que "la France a besoin d'avoir à sa tête un homme de courage".

"Je fais le choix personnel d'apporter mon soutien à Emmanuel Macron parce qu'il fait ce qu'il dit et parce que la France a besoin d'avoir à sa tête un homme de courage, de réalisme et d'action", dont le bilan "n'a ni précédent ni équivalent", a plaidé le maire de Toulon et président de la métropole Toulon-Provence-Méditerranée dans un communiqué.

Et pourtant "rien ne lui aura été épargné", a estimé M. Falco: "Gilets jaunes, retraites, manifestations sur le climat, violences urbaines, crise sanitaire". "Face à ces crises, qui aurait pu faire mieux que lui? Personne, et cela nul ne peut le contester".

M. Falco faisait partie de la quarantaine de maires de droite modérée et du centre rassemblés dimanche à Fontainebleau (sud-est de Paris) autour de l'ancien Premier ministre Edouard Philippe afin de "peser" davantage politiquement à l'approche de la présidentielle de 2022.

Avec ce soutien affiché au président de la République, le maire de Toulon va cependant plus loin que son voisin maire de Nice, Christian Estrosi, lui aussi en rupture de ban avec les Républicains, qui avait expliqué dimanche que ces maires "n'entendaient pas être un tremplin pour quelque candidat que ce soit chez nous".

Il a quitté les Républicains le 5 mai dernier

M. Falco avait officiellement quitté les Républicains le 5 mai, avant le premier tour des élections régionales, déplorant le "sauve-qui-peut" et le "rétrécissement de la ligne" du parti LR qui en oubliait selon lui, "les enjeux essentiels auxquels il doit répondre".

Pour le(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles