Présidentielle: Hidalgo raille Le Pen et Zemmour sur leurs difficultés à rassembler les parrainages

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La candidate socialiste a notamment estimé que "s'ils ne les ont pas c'est qu'ils ne méritent pas" de participer à l'élection présidentielle.

"C'est la loi qui décide en fonction des parrainages. S'ils ne les ont pas c'est qu'ils ne méritent pas d'y participer". Invitée d'Europe 1 ce dimanche matin, la candidate socialiste à la présidentielle Anne Hidalgo s'est exprimée sur les difficultés que rencontrent Eric Zemmour et Marine Le Pen pour trouver leurs 500 parrainages, nécessaires pour se lancer dans la course à l'Élysée.

Interrogée sur un éventuel manque pour la démocratie si les deux candidats d'extrême-droite ne pouvaient pas finalement se présenter, faute de signatures, la maire de Paris a répondu que "non, vraiment pas". 

"La démocratie est définie par la loi. Si la loi dit que les parrainages doivent être de 500 pour chacun des candidats sur la ligne de départ, c'est la loi qui doit s'imposer", a-t-elle assuré, avant d'ajouter: "Tant pis pour eux, ça veut dire qu'ils n'ont pas convaincu 500 maires."

"Faire leur popote entre eux"

Des déclarations qui n'ont pas laissé insensibles les autres familles politiques. "Ils veulent faire leur popote entre eux", a fustigé le candidat insoumis Jean-Luc Mélenchon, invité du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, qui a indiqué être à "391" parrainages pour le moment.

Ce dernier a notamment appelé à une réforme de la loi électorale fixée depuis 1962 et l'instauration de l'élection du président de la République au suffrage universel. "Qu'est-ce que vous attendez, que quelqu'un soit empêché d'être candidat pour réagir?", a-t-il lancé, dans une exhortation au reste de la classe politique.

Du côté des Républicains, Geoffroy Didier, directeur de la communication de la candidate à l'Élysée Valérie Pécresse, a souhaité "à titre personnel qu'Éric Zemmour, que Marine Le Pen, et que Jean-Luc Mélenchon puissent disposer de leurs (500) parrainages et être candidats puisqu'ils incarnent un courant de pensée". 

Alors que l'ex-numéro 2 du parti, Guillaume Peltier a annoncé ce dimanche son ralliement à Éric Zemmour, Geofrroy Didier a toutefois prévenu que les maires LR qui parraineraient le polémiste "s'excluraient eux-mêmes des Républicains".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Anne Hidalgo : "On est encore très loin de l’élection, les gens regardent ça encore comme un show télévisé"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles