Présidentielle américaine: que sont les "swing states", ces États décisifs dans la course à la Maison Blanche?

Hugo Septier
·2 min de lecture
Un bureau de vote dans le Colorado, en 2012. (PHOTO D'ILLUSTRATION) - -
Un bureau de vote dans le Colorado, en 2012. (PHOTO D'ILLUSTRATION) - -

Afin de comprendre le concept de swing state, il convient de se replonger dans le système électoral américain. Aux Etats-Unis, l'élection présidentielle qui oppose cette année Donald Trump à Joe Biden, est divisée en 50 États qui seront représentés, lors d'une deuxième phase de vote, par des grands électeurs qui correspondent chacun à un candidat (de 55 grands électeurs pour la Californie à 3 pour le Montana, par exemple).

"Winner-takes-all"

Or, l'élection présidentielle est régie par une règle toute particulière, propre aux États-Unis, celle du "winner-takes-all." En réalité, le candidat qui arrive en tête dans un État empoche la totalité de ses grands électeurs. Ce mode de scrutin ne concerne toutefois pas le Nebraska et le Maine, qui fonctionnent à la proportionnelle.

Avec cette règle, il devient alors clair que certains États deviennent bien plus importants et indécis que d'autres. Il s'agit des fameux swing states, également appelés "États-charnières" ou encore "États pivots", qui sont les territoires qui font gagner, ou perdre, l'élection.

Historiquement, dès la fin du XIXe siècle, les États du Connecticut, de l'Indiana ou encore du New Jersey sont devenus des États-clé dans la course à la Maison Blanche. Dans les années 1960, le Texas et l'illinois se sont souvent montrés décisifs.

Les candidats au coude-à-coude

Pour cette élection du 3 novembre 2020, une dizaine d'États sont scrutés à la loupe. Si la Californie, qui compte le plus grand nombre de grands électeurs, semble d'ores-et-déjà acquise à la cause de Joe Biden, les derniers sondages font état d'une situation plus que serrée dans certaines zones du pays.

Avec ses 38 grands électeurs, le Texas est un morceau important du scrutin. Certains sondages montrent un certain rééquilibrage entre les Trump et Biden dans cet Etat qui est un bastion républicain, notamment dû aux doutes émis par des Républicains plus modérés qui refusent de soutenir de nouveau Trump. Ces dernières semaines, les écarts se sont de nouveau distendus puisque Donald Trump l'emporterait finalement d'une courte tête (48% contre 47,1%).

Autre terre habituellement républicaine, la Floride pourrait bien tomber dans l'escarcelle des Démocrates. Cette bascule est due à la défiance des seniors, qui ont vu d'un mauvais oeil le traitement de la pandémie de coronavirus par Donald Trump. A date, Joe Biden l'emporterait avec plus de 4 points d'avance (49% contre 46,8).

D'autres États aux forts nombres de grands électeurs seront observés, il s'agit de l'Arizona, de la Caroline du Nord, de la Pennsylvanie, du Michigan et du Wisconsin.

Article original publié sur BFMTV.com