Publicité

Présidentielle américaine : Nikki Haley compte continuer même si elle perd dans le New Hampshire

Nikki Haley en campagne pour l’investiture républicaine, ici dans le New Hampshire le 23 janvier 2024.
JOSEPH PREZIOSO / AFP Nikki Haley en campagne pour l’investiture républicaine, ici dans le New Hampshire le 23 janvier 2024.

ÉTATS-UNIS - Elle n’a pas l’intention d’abandonner (tout de suite). La candidate à l’investiture républicaine Nikki Haley, désormais seule face à Donald Trump, compte bien rester dans la course à la Maison Blanche même en cas de cuisante défaite dans la primaire du New Hampshire ce mardi 23 janvier.

Présidentielle américaine : Nikki Haley, seule face à Trump, a 48 heures pour convaincre

« Je vais me battre, peu importe ce qu’il se passe. Je m’en fiche que vous vouliez tous voir Trump vainqueur », a répondu Nikki Haley à FoxNews ce mardi matin. Il faut dire que l’ex-président domine très largement les sondages. Dans le New Hampshire, les dernières enquêtes d’opinion le donnent gagnant avec environ 55 % des voix contre 39 % pour Haley.

De quoi plier la course ? « Ce n’est pas comme ça que ça marche », a pointé la directrice de campagne de Nikki Haley, Betsy Ankney. Dans un memo obtenu par plusieurs médias dont le Guardian, elle prévient que la candidate n’ira « nulle part » même en cas de défaite mardi soir.

L’œil sur le Super Tuesday

Elle rappelle que pour la Caroline du Sud, prochain État à voter le 24 février, être enregistré au parti républicain n’est pas requis pour mettre son bulletin dans l’urne. Nikki Haley peut donc espérer attirer les électeurs de cet État n’ayant pas déjà voté à la primaire démocrate, qui aura lieu le 3 février.

Nikki Haley compte aussi sur la Caroline du Sud puisque c’est l’État qu’elle a dirigé de 2011 à 2017. Pour autant, les sondages ne sont pas vraiment en sa faveur, puisqu’elle accuse un retard de 37 points par rapport à Trump (62,2 % des intentions de vote contre 25 %).

Sa directrice de campagne souligne ensuite que 11 des 16 États qui vont voter avant le 5 mars, jour où le plus de primaires sont organisées appelé Super Tuesday, organisent des primaires ouvertes ou semi-ouvertes. Là encore, cela signifie que des électeurs non-membres du parti républicain peuvent voter et plébisciter son discours plus modéré que celui de son rival.

Après le Super Tuesday, la question de la suite de la course se reposera. À ce moment-là, « nous aurons une bonne idée d’où nous en sommes... Mais avant ça, tout le monde devrait pendre une grande inspiration ». Et de conclure : « On se voit en Caroline du Sud ! »

À voir aussi sur Le HuffPost :

Ron DeSantis se retire de la course à l’investiture républicaine, il soutiendra Trump

Présidentielle américaine 2024 : primaires, caucus et conventions, les dates à retenir avant l’élection