Présidentielle américaine : un débat, deux visions de l'Amérique

De notre correspondante à Washington Hélène Vissière
·1 min de lecture
L'élection présidentielle américaine aura lieu le 4 novembre.
L'élection présidentielle américaine aura lieu le 4 novembre.

À douze jours de l'élection présidentielle américaine, Donald Trump a enfin écouté ses conseillers. Ces derniers le suppliaient depuis des semaines d'éviter de se montrer vindicatif, hargneux, comme il l'avait été lors du premier débat, interrompant Joe Biden 71 fois. Le président a, cette fois, réussi à se contrôler. Il s'est montré calme et a gardé un ton mesuré. Ce qui a permis aux téléspectateurs d'assister, pour une fois, à un échange normal entre les deux candidats. La tactique de Trump, ce jeudi soir à Nashville (Tennessee), était de laisser s'exprimer Joe Biden en espérant qu'il allait dire une bêtise ou faire une déclaration qui lui aliène des électeurs. En bref, qu'il s'autodétruise en direct. « On m'a dit : ?Si vous le laissez parler, il va perdre le fil parce qu'il est fêlé? », avait déclaré Donald Trump un peu plus tôt sur Fox News.

Lire aussi Débat : Biden résiste à la tempête Trump

Mais Joe Biden n'a pas perdu le fil de son discours. Au contraire, il est apparu plutôt clair, énergique, combatif. Ce qui devrait une fois pour toutes mettre un terme aux attaques sur sa prétendue sénilité. Il a poussé Donald Trump dans ses retranchements dans la première partie du débat sur sa catastrophique gestion de la pandémie. On s'achemine vers « un hiver sombre », a-t-il dit alors que le président répétait que le virus « est en train de disparaître ».

Attaques au porte-monnaie

Lorsque Donald Trump l'a accusé d'avoir aidé son fils Hunter à s'enrichir en Chine [...] Lire la suite