Publicité

Présidentielle 2027: Xavier Bertrand estime que Laurent Wauquiez "n'est pas le candidat naturel de LR"

Xavier Bertrand, qui a annoncé samedi son intention de se présenter à l'élection présidentielle de 2027, ne compte pas laisser sa place à Laurent Wauquiez. Le président Les Républicains de la région Hauts-de-France avait été éliminé de la présidentielle de 2022 dès l'étape de la primaire de son parti.

"J'ai appris de mes erreurs, certainement, et je n'ai pas l'intention de les commettre à nouveau", affirme-t-il ce dimanche 4 février sur BFMTV.

Des erreurs qu'il souhaite toutefois garder pour lui "au titre de l'introspection". "Au final il faut être soi-même. Je l'ai été un moment dans cette campagne, je ne l'ai pas été jusqu'au bout. Cette fois-ci, je serai moi-même", a-t-il seulement précisé.

Laurent Wauquiez "n'est pas le candidat naturel de LR"

Au sein de son parti politique, une autre personnalité pourrait se présenter à l'élection de 2027. Il s'agit du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez. Dès septembre 2022, Éric Ciotti, depuis élu président des Républicains, affirmait dans le Journal du dimanche que Laurent Wauquiez était "le mieux placé" pour 2027. "Une personnalité dispose des meilleures qualités pour incarner l’avenir de la droite: Laurent Wauquiez", estimait-il encore.

Xavier Bertrand s'inscrit en faux avec cette vision. Ce dimanche, il a déclaré que Laurent Wauquiez "est le candidat naturel d'Éric Ciotti, mais ce n'est pas le candidat naturel de LR".

"La question qui se posera à un moment donné, c'est est-ce que notre famille politique veut l'emporter, ou pas", a-t-il ajouté.

Xavier Bertrand veut s'opposer à l'extrême droite

Dans Ouest-France samedi, l'ancien ministre disait se porter candidat afin de s'opposer à l'extrême droite. "Beaucoup aujourd'hui pensent déjà que 2027 sera le tour de Marine Le Pen. Pas moi ! Je suis convaincu qu'il n'y a pas une majorité de fachos dans notre pays mais il y a une majorité de Français en colère. J'entends y répondre le moment venu. Donc non, en 2027, ça ne sera pas le tour de l'extrême droite", a-t-il estimé.

"La seule compétence du Front national (l'ancien nom du Rassemblement national, NDLR), c'est de savoir capter la colère des Français", a jugé le président des Hauts-de-France sur BFMTV ce dimanche. Il dit porter "un projet qui ne soit pas un projet catalogue", basé sur "l'autorité", "le travail" et "l'avenir des jeunes".

"Celle dont on nous annonce la victoire, c'est Madame Le Pen. Ça ne se passera pas comme ça", a-t-il assuré.

Article original publié sur BFMTV.com