Publicité

Le président sortant de Francfort, Peter Fischer, souhaite "que ce saletés de nazis disparaissent"

Figure marquante d’une époque pour le club de l'Eintracht Francfort, qu’il présidait depuis l’an 2000, Peter Fischer (67 ans) a tourné une page importante de sa vie en passant la main cette semaine, mais sa détermination à lutter contre le nazisme et à préserver la démocratie survivra à son départ. Lors d'une rencontre avec les médias organisée à l'issue de l'assemblée générale, le président sortant de l'Eintracht a mis en garde contre la montée de l’extrême droite en Allemagne, estimant que toutes les conditions sont réunies pour vivre un "Weimar 2.0".

"Nous les mettrons à genoux"

Pour beaucoup d’Allemands qui s'étaient encore rassemblés en masse à Berlin la semaine passée, il est difficile de ne pas dresser un parallèle entre ce qui se passe dans leur pays aujourd'hui et la situation de l'époque de la République de Weimar. "Mon souhait dans la vie est que ces saletés de nazis disparaissent, qu’ils explosent en vol où qu’ils soient. Vomissez-leur tous les jours à la figure", a déclaré à Kicker un Peter Fischer extrêmement combatif et déterminésà rejoindre prochainement les manifestants. Plusieurs centaines de rassemblements pacifiques contre l’extrême droite ont été organisés à travers le pays ces dernières semaines, dans un contexte de progression de l’AfD (Alternative pour l’Allemagne) dans les sondages, à quelques mois d’élections importantes.

"Nous les mettrons à genoux", a exhorté Peter Fischer, une promesse qu’il avait faite à Helmut "Sonny" Sonnenberg, survivant de l'Holocauste et fervent supporter de l'Eintracht décédé en 2023 à l'âge de 91 ans. Ce fils de parents juifs avait survécu à la déportation dans le camp de concentration de Theresienstadt, dans l'ancienne Tchécoslovaquie, alors que la Seconde Guerre mondiale touchait à sa fin. Pendant près d'un quart de siècle aux manettes de l’Eintracht Francfort, Peter Fischer a déchu de son titre honorifique, à titre posthume, un ancien président du club, en raison de son passé nazi. C'était en 2020. Il s’agissait de Rudolf Gramlich, qi s'était retrouvé à deux reprises à la tête du club (1938-1942 et 1955-1970) avant d'être nommé président d'honneur de l'Eintracht alors qu'il avait servi en tant qu'officier SS entre 1939 et 1940.

L'entrepreneur immobilier Mathias Beck a été élu à une écrasante majorité pour succéder à Peter Fischer, qui a été, de son côté, assuré d'un futur statut de président d'honneur.

Article original publié sur RMC Sport