Près de 8 Français sur 10 pour l'interdiction de la chasse le dimanche, selon un sondage

La mission du Sénat sur la sécurité à la chasse s'est prononcée contre l'instauration nationale de jours sans chasse - Philippe LOPEZ © 2019 AFP
La mission du Sénat sur la sécurité à la chasse s'est prononcée contre l'instauration nationale de jours sans chasse - Philippe LOPEZ © 2019 AFP

Les Français continuent d'être favorables aux dimanches sans chasse. D'après un sondage Ifop publié ce lundi et réalisé en décembre 2022 pour sept organisations de défense de la nature dont l'Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS), France Nature Environnement (FNE) et la Ligue pour la protection des oiseaux, 78% des Français sont favorables à ce que le dimanche devienne un jour non chassé.

Cette tendance est plutôt stable sur les six dernières années. 82% étaient même favorables en novembre 2017, contre 54% en juillet 2009. Le pourcentage de personnes "tout à fait favorables" à l'interdiction le dimanche a néanmoins baissé depuis mars 2021 (50% contre 54%).

La publication de ce sondage intervient alors qu'un plan gouvernemental pour encadrer la pratique est attendu le 9 janvier, indiquent les sept associations dans un communiqué commun.

L'enquête "confirme la nécessité d'établir le dimanche sans chasse afin de garantir un partage apaisé des espaces et des usages, et d'assurer la sécurité et la tranquillité de tous", estiment-elles.

La peur pendant les promenades

Sur la période 2021-2022, l'Office français de la biodiversité (OFB) a recensé 90 accidents de chasse, dont huit mortels (deux concernant des "victimes non-chasseurs").

Chaque incident ravive les débats autour des dangers émanant de cette activité, surtout lorsqu'ils concernent des promeneurs ou des personnes touchées directement à leur domicile.

D'ailleurs, toujours d'après le sondage, 7 Français sur 10 ne se sentent pas en sécurité lorsqu'ils se promènent dans la nature en période de chasse. Des résultats quasi-identiques aux précédents sondages de novembre 2017 et mars 2021, à la différence qu'en décembre 2022, 32% ne se sentaient "pas du tout" en sécurité, contre 28% précédemment.

Article original publié sur BFMTV.com