Publicité

Présidentielle américaine : Donald Trump sera un dictateur « mais pour un jour seulement » s’il est réélu

Donald Trump le 2 décembre 2023 dans l’Iowa, a promis qu’il ne serait un dictateur que pour une journée.
SCOTT OLSON / Getty Images via AFP Donald Trump le 2 décembre 2023 dans l’Iowa, a promis qu’il ne serait un dictateur que pour une journée.

ÉTATS-UNIS - Donald Trump assure qu’il ne sera pas un dictateur... sauf le premier jour de sa réélection. L’ancien président américain, à nouveau dans la course dans la Maison Blanche et grand favori des primaires républicaines, a encore tenu des propos outranciers le mardi 5 décembre lors d’un meeting dans l’Iowa à moins d’un an de l’élection présidentielle.

Présidentielle américaine 2024 : Biden pas sûr de se présenter si Trump n’est pas candidat

Donald Trump, poursuivi dans plusieurs affaires fédérales, était interrogé par l’éditorialiste Sean Hannity de la chaîne conservatrice FoxNews. « En aucun cas, vous le promettez devant l’Amérique ce soir, vous n’abuserez de votre pouvoir pour vous venger ? », lui a demandé Sean Hannity comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous (en anglais).

« Seulement le premier jour », a répondu le milliardaire sans un sourire. L’intervieweur lui demandant plus de précision, il ajoute : « Je veux fermer la frontière et je veux forer, forer, forer. » Des déclarations toujours plus radicales qui visent cette fois les migrants qui viennent d’Amérique du Sud et la défense de l’exploitation des énergies fossiles au détriment de l’environnement.

« Tous les Américains devraient le croire »

Une membre de la campagne de Joe Biden, le président démocrate en lice pour un second mandat, a rapidement réagi à ces mots dans un communiqué obtenu par Reuters : « Donald Trump nous a dit ce soir exactement ce qu’il allait faire s’il était réélu et il a dit qu’il serait un dictateur le premier jour. Tous les Américains devraient le croire. »

Donald Trump, habitué des propos outranciers, avait déjà choqué il y a quelques semaines en qualifiant ses opposants de « vermines » dans un discours. Même la Maison Blanche et Joe Biden avaient réagi, jugeant ces propos dignes des discours entendus dans les années 1930 de la bouche de Hitler et de Mussolini.

Malgré les affaires et les polémiques, Donald Trump reste largement en tête des sondages pour les primaires républicaines qui débuteront en janvier. Ce mercredi 6 janvier a par ailleurs lieu le troisième débat entre les candidats républicains, que le magnat de l’immobilier va encore sécher.

À voir également sur Le HuffPost :

Présidentielle américaine 2024 : primaires, caucus et conventions, les dates à retenir avant l’élection

Mort d’Henry Kissinger, sulfureux secrétaire d’État américain de la guerre froide, à 100 ans